Utiliser les rétroviseurs

1. Le champ de vision du conducteur (avec les rétroviseurs)

Le champ visuel maximum du conducteur est d'environ 180° vers l'avant et d'environ 45° vers l'arrière.

Les zones non visibles directement, sans bouger la tête, sont les ANGLES MORTS.

2. Le rétroviseur intérieur

La plupart des voitures de tourisme sont équipées d'un rétroviseur central, placé à l'intérieur de l'habitacle.

S'il est bien réglé, cet équipement permet de surveiller tout ce qui se passe derrière le véhicule. Il permet de voir ce qui est très proche et ce qui est très éloigné.

Le rétroviseur intérieur comporte généralement 2 positions : jour/nuit.
La position nuit limite le risque d'éblouissement causé par les phares d'une voiture qui suit.

Le passage jour/nuit peut se faire manuellement par un petit levier situé à la base du rétroviseur (qui modifie son inclinaison et donne la sensation que le rétroviseur s'assombrit).

Il peut aussi se faire automatiquement : on parle alors de rétroviseur électrochrome. Celui-ci est muni de capteurs et se teinte automatiquement lorsqu'une lumière venant de l'arrière risque d'éblouir le conducteur. Ce type de rétroviseur ne comporte pas de levier à sa base, mais il est généralement pourvu d'une petite LED qui indique qu'il est activé (une commande située sur le rétroviseur permet de le désactiver).

3. Les rétroviseurs extérieurs

La plupart des voitures sont équipées de 2 rétroviseurs extérieurs, placés à gauche et à droite des portières avant.

Ces équipements doivent permettre de surveiller ce qui se passe sur les côtés de la voiture, et par extension, derrière. Mais attention : ces rétroviseurs ont tendance à éloigner les éléments qui s'y trouvent (comparés au rétroviseur central).

Ces rétroviseurs ne comportent généralement pas de position nuit, ou alors celle-ci est automatique. Dans certains cas, ils sont légèrement teintés en bleu, ce qui réduit l'éblouissement.

Leurs miroirs peuvent être asphériques, c'est-à-dire légèrement déformés, arrondis à leur extrémité. Le but est d'augmenter leur champ de vision ; de réduire l'angle mort (sans l'annuler totalement).

Ces miroirs peuvent comporter un système de dégivrage, généralement combiné au dégivrage de la lunette arrière (même commande).

Leur réglage s'effectue généralement de l'intérieur de la voiture grâce à une commande électrique.

Si les rétroviseurs extérieurs sont bien réglés, je dois à peine y voir ma voiture. En effet, voir sa voiture a peu d'intérêt... Et cela augmente les surfaces des angles morts.

4. Les limites des rétroviseurs : les angles morts

Les angles morts sont les parties non visibles dans les rétroviseurs.

Ils se trouvent :
- sur le côté de la voiture (à quelques mètres),
- juste derrière la voiture, sous la lunette arrière,
- à l'avant du capot.

Pour compenser les angles morts situés sur les côtés, le conducteur doit tourner la tête à 90 degrés (1/4 de tour).

Pour savoir ce qui se passe dans l'angle mort arrière ou avant, il n'a d'autre choix que de descendre de sa voiture et d'aller voir (en se garant par exemple).

5. Les équipements complémentaires

Le radar de recul me permet de savoir à quelle distance je me trouve d'un obstacle lorsque j'effectue une marche arrière. Si ma voiture en est équipée, il s'active automatiquement en passant la marche arrière.

Un son discontinu (bip-bip) m'indique qu'il y a un obstacle, mais que celui-ci est assez éloigné. Plus la fréquence augmente, plus j'approche de cet obstacle. Un son continu m'informe que je suis très près et qu'il serait dangereux de reculer davantage.

Ce système peut être complété d'un écran : 1 barre verte m'informe que l'obstacle est assez éloigné. Ce qui signifie que je peux encore reculer de quelques dizaines de centimètres. En m'approchant de l'obstacle, une autre barre verte s'affichera, puis une barre rouge. Il sera temps alors d'arrêter de reculer !

Attention : ce système ne détecte pas tout (les trous notamment), et il ne dispense pas de se retourner ni de surveiller les rétroviseurs !

6. Caméra de recul

Certains véhicules sont équipés d'une caméra de recul. Cela permet au conducteur de voir ce qui se passe derrière la voiture, y compris très près. Alors que c'est impossible en regardant dans les rétroviseurs ou en se retournant.

Mais attention : le champ de vision d'une caméra de recul est parfois étroit, et l'image, déformée, ne permet pas de bien estimer les distances ou les vitesses.

Ce dispositif, comme le radar de recul, complète la vision directe (en se retournant) et la vision dans les rétroviseurs, mais il ne les remplace pas.

7. Détection dans les angles morts

Certains véhicules sont équipés d'un voyant (parfois clignotant) intégré aux rétroviseurs extérieurs (gauche et droite).

Si le symbole dans le rétroviseur clignote, c'est qu'un usager se trouve dans l'angle mort latéral. Autrement dit, un usager se trouve juste à côté de la voiture, mais il n'est pas visible (ou peu visible) dans les rétroviseurs. Si je tourne la tête dans sa direction, je devrais le voir. Ce n'est donc pas le moment de faire un écart ou de changer de voie !

8. Quand utiliser les rétroviseurs

J'utilise les rétroviseurs notamment :
- lorsqu'un freinage ou un ralentissement est probable, pour savoir si je suis suivi,
- pour m'arrêter,
- lorsque je suis surpris par un ralentissement (cas d'urgence), afin de prendre en compte l'usager qui me suis,
- si j'envisage un écart, un changement de voie ou de direction (avant d'actionner les clignotants),
- pour quitter un stationnement (avant d'actionner les clignotants),
- si je dois précipitamment faire un écart (cas d'urgence),
- pour reculer (même si je privilégie la vision directe, en me retournant),
- de temps en temps, pour information, lorsque je suis en circulation ou arrêté (à un feu, dans un embouteillage...).