EnVoitureSimone

Comment passer le permis de conduire avec un handicap ?

En France, environ 1,4 million de candidats et candidates passent l’épreuve du code de la route et l’examen du permis de conduire tous les ans. Parmi ces candidats se trouvent des personnes avec un handicap moteur, visuel, auditif, ou souffrant d’une pathologie invalidante. Comment passer son permis de conduire avec un handicap ? En Voiture Simone vous dit tout sur ce sujet.

Comment déterminer l’aptitude à conduire en cas de handicap ?

Il y a des handicaps et des pathologies qui peuvent rendre difficile l’obtention du permis de conduire. Des aménagements sont prévus pour permettre aux personnes en situation de handicap d’acquérir le précieux sésame.

Le handicap physique

De nombreux handicaps physiques nécessitent de recourir à des aménagements de véhicule pour faciliter la conduite lors de l’apprentissage en auto-école et du passage de l’examen du permis B. Pour l’inscription à l’examen du permis de conduire, le candidat handicapé doit préalablement obtenir un avis favorable d’un médecin agréé. Il suffit ensuite de mettre en place les aménagements leur permettant de conduire en toute sécurité et de passer le permis. Si votre pathologie ou votre handicap est stabilisé et ne risque pas d’évoluer significativement dans le temps, alors un permis permanent vous est délivré.

photo-fc-permis-de-conduire-handicap.jpg
On vous accompagne jusqu'au permis

Prêt à vous lancer ?

On vous accompagne jusqu'au permis Prêt•e à vous lancer .png

Le handicap visuel

Pour pouvoir conduire un véhicule, il est indispensable d’avoir une acuité visuelle supérieure à un seuil minimum requis. Si vous avez des problèmes liés au champ visuel, à la vision crépusculaire, à la sensibilité à l’éblouissement ou aux contrastes, il vous sera difficile de remplir les prérequis de la sécurité routière. C’est pourquoi il est indispensable de demander l’avis d’un médecin spécialisé afin qu’il évalue votre acuité visuelle. Si elle est inférieure à 5/10, c’est que votre vision n’est pas compatible avec la conduite. Si l’un des yeux n’a pas une acuité visuelle suffisante, mais que l’autre possède une acuité supérieure, il est possible que votre médecin vous autorise à conduire. Mais il est probable que l'installation de rétroviseurs bilatéraux soit demandée.

0007cC.jpg

Le handicap auditif

Les épreuves théoriques et l'examen pratique du permis de conduire peuvent être aménagés afin que les sourds et les malentendants aient la possibilité de passer l’examen. À moins qu’un avis contraire ne soit donné, il est possible de conduire en ayant une déficience auditive, ce n’est pas contre-indiqué.

photo-fc-handicap-auditif.jpg

Les pathologies invalidantes

Il existe de nombreuses pathologies invalidantes. Seul un médecin agréé peut décider, à l’aide d’une évaluation individuelle, si la personne est apte à la conduite d’une voiture. Son avis médical peut déterminer si les aptitudes cognitives de la personne sont suffisantes, et si son handicap ou sa maladie est de nature à l’empêcher ou pas de conduire dans des conditions de sécurité optimales.

Déjà 2 millions d'élèves accompagnés

Rejoignez la communauté !

Déjà 1 million d'élèves accompagnés Rejoignez la communauté !.png

Les conditions d’inscription à l’examen du permis de conduire en cas de handicap

Un candidat ayant un handicap (ou une maladie) peut se présenter à l’épreuve pratique du permis de conduire sous certaines conditions. Il faut qu’elle ait l’âge minimum requis de 17 ans et que la visite médicale auprès d’un médecin agréé par la préfecture ait validé son aptitude à la conduite. Cette visite médicale peut être effectuée gratuitement si la personne a un taux d’invalidité égal ou supérieur à 50. Le permis de conduire handicap permet alors au conducteur de se déplacer aussi librement que n’importe quel autre automobiliste avec quelques aménagements de son véhicule,sans que le risque d’accident soit supérieur aux autres conducteurs.

Bon à savoir

Pour passer l’épreuve théorique et l’épreuve pratique, tout candidat au permis doit au préalable remplir le Cerfa 2. Lors de votre inscription, pensez à cocher la case correspondante en cas de handicap.

Comment se déroule l'examen de conduite avec un handicap ?

Il existe différents dispositifs et aménagements pour aider les candidats à mobilité réduite à passer leur permis. Si c'est votre cas, vous pouvez demander à être accompagné ou assisté par un expert. De plus, l’inspecteur vous proposera de commencer directement par les questions et les vérifications, avant de passer à la pratique pure.

Certains aménagements sont indispensables dans certains cas, et la voiture de l’épreuve peut également en être équipée si besoin. Il peut s’agir par exemple de rétroviseurs supplémentaires à l'intérieur et à l'extérieur du véhicule, ou encore d’une double commande de direction si nécessaire.

Les personnes sourdes ou malentendantes qui souhaitent passer l’examen du permis de conduire handicap peuvent bénéficier d’un dispositif de communication spécifique. Par exemple, un interprète maîtrisant le langage des signes peut être présent, ou un codeur en langage parlé complété peut être utilisé. Le conducteur en situation de handicap peut ainsi comprendre la présentation du déroulement de l’épreuve, les questions et demandes de vérification, ou encore les directives de l’inspecteur lors de l’examen.

photo-fc-place-stationnement-handicap.jpg

Quelle est la validité d’un permis obtenu avant un handicap ?

Vous êtes en situation de handicap après un accident ou une maladie et vous êtes déjà titulaire du permis B ? Il n’est pas question de repasser les épreuves du permis, qu’il s’agisse des épreuves théoriques ou pratiques ! Toutefois, des démarches sont nécessaires pour valider administrativement votre aptitude à la conduite et confirmer les changements concernant les possibles aménagements de votre voiture. Pour cela, il vous suffit de prendre rendez-vous avec le bureau de l’éducation routière de la direction ministérielle de votre département. Un agent s’assurera que vous remplissez toutes les conditions pour la validité du permis de conduire.

Un avis médical favorable et des équipements appropriés pour votre véhicule vous permettront de conserver votre statut de conducteur. Cependant, si votre handicap est jugé incompatible avec la conduite, l’invalidation de votre permis sera rendue officielle.

Votre Permis avec vos droits CPF

Financez jusqu'à 100% de votre permis jusqu'au 1er mai 2024 !

Votre Permis pour 0€ avec le CPF Financez jusqu'à 100% de votre permis.png

Y a-t-il des aides financières pour passer le permis en situation de handicap ?

Une personne en situation de handicap peut bénéficier des aides de l'Agefiph pour passer le permis. Ces aides de financement du permis de conduire handicap sont soumises à conditions. Elles sont de 1 000 €, et peuvent aller jusqu’à 1 300 € si la personne a besoin d’un aménagement spécifique.

Et chez En Voiture Simone ?

Si vous souhaitez faire votre formation à la conduite avec En Voiture Simone, nous vous invitons à vous rendre sur notre formulaire de contact et choisir le motif de contact "Je suis en situation de handicap et j'ai des questions sur ma formation actuelle ou future" afin que notre référent vous aiguille au mieux.

FAQ

  • Comment passer son permis avec un handicap ?

    Pour passer votre permis avec un handicap, il faut en premier lieu passer un contrôle médical auprès d’un médecin agréé afin qu’il valide votre aptitude à conduire. C’est le cas avec les handicaps moteurs, visuels, auditifs, ou liés à des pathologies invalidantes. Si l’avis est favorable, certains aménagements et accompagnements peuvent être mis en place en fonction de vos besoins spécifiques.

  • Quelles sont les maladies qui interdisent de conduire ?

    Certaines pathologies rendent la conduite d’un véhicule impossible et sont de fait incompatibles avec le passage du permis de conduire. La liste de ces maladies a été fixée par l’arrêté du 21 décembre 2005 et comprend le diabète d’un certain niveau, les maladies cardiovasculaires, les affections respiratoires sévères, les anévrismes cérébraux, l’épilepsie et les glaucomes étendus.