Acuité visuelle, vision

1. Acuité visuelle minimum pour le permis B

90% des informations utiles pour le conducteur passent par les yeux. Il est donc essentiel d'avoir une bonne vue.

Pour passer le permis B, l'acuité visuelle binoculaire (la somme des 2 yeux) doit être d'au moins 5/10ème. Si un œil a une acuité inférieure à 1/10ème, l'autre œil doit avoir 5/10ème minimum. Je ne peux pas passer l'examen ou continuer à conduire en dessous de cette valeur. Cette acuité est mesurée avec correction s'il y a lieu (lunettes ou lentilles).

Si je dois porter des lunettes pour conduire, le code "01" est apposé sur mon permis.

Si mon acuité visuelle après correction n'est pas suffisante ou en cas de problème grave (sensibilité à l'éblouissement par exemple), je devrai passer une visite médicale auprès d'un médecin agréé. Celui-ci pourra m'interdire de passer l'examen, ou autoriser la conduite uniquement à certaines conditions (interdiction de conduire la nuit par exemple).

2. Les signes d'un problème de vue

La taille des panneaux varie en fonction de la vitesse autorisée. Par exemple, sur autoroute, ils sont 2 fois plus grands qu'en ville.

Si je remarque que je vois les panneaux au dernier moment, c'est que j'ai un problème de vue. Par exemple, un panneau d'entrée d'agglomération doit être lisible à 50 mètres. Hors agglomération, je dois être en mesure de lire un panneau de limitation de vitesse à 150 mètres. Si ce n'est pas le cas, je dois faire contrôler ma vue par un spécialiste.

Mais attention : si je roule au-delà des vitesses autorisées, je risque de ne pas avoir le temps de décoder les panneaux !

Si je porte occasionnellement des lunettes, notamment pour voir de loin, je les mets systématiquement pour conduire. Même si ma vue est passable sans correction. Mieux je verrai, plus vite je détecterai le danger et plus vite je réagirai.

3. Altération de la vision

Avec l'âge, l'acuité visuelle se dégrade. Le champ visuel se rétrécit et la sensibilité à l'éblouissement augmente. A cela peuvent s'ajouter certaines maladies (DMLA, glaucome, cataracte...). Il est donc important de faire vérifier sa vue régulièrement : tous les 3 à 5 ans jusqu'à 60 ans, tous les 2 ans ensuite.

4. Conduite de nuit

Près de la moitié des accidents mortels survient la nuit, alors que la circulation est beaucoup moins dense.

Une des raisons est que le champ visuel se réduit à la portée des feux : je vois moins loin (de 50 à 150 mètres maximum selon les feux utilisés et leur puissance) et surtout moins large.

Les couleurs, les contrastes, les formes sont plus difficiles à distinguer. Les distances ainsi que la vitesse de déplacement d'un véhicule arrivant en face sont plus difficiles à apprécier.

5. Les lunettes de soleil

Les lunettes de soleil sont réparties en 5 catégories, numérotées de 0 à 4. L'indice 0 laisse passer plus de 80% de la lumière visible. Ce sont les lunettes qui filtrent le moins. L'indice 4, le plus fort, laisse passer moins de 10% de la lumière visible. Elles sont adaptées à des conditions de luminosité très forte, comme la pleine mer ou la haute montagne. Ces dernières sont incompatibles avec la conduite, c'est pourquoi elles sont interdites.

Bien sûr, je ne conduis jamais avec des lunettes de soleil lorsqu'elles ne sont pas nécessaires... En particulier la nuit !

A noter qu'il est interdit d'équiper sa voiture de films fortement teintés sur les glaces avant et sur le pare-brise.

6. Visibilité optimale

Je charge et j'organise mon véhicule pour que mon chargement et mes passagers ne gênent pas ma visibilité.

Je pars avec des vitres propres (déneigées, dégivrées), des essuie-glaces en bon état, du lave-glace en quantité suffisante afin de retarder les effets de la fatigue.

En cas d'apparition de buée, j'utilise le dégivrage (pour la lunette arrière) et la climatisation pour la faire disparaître rapidement. Je n'essuie jamais la buée avec la main, ce qui accélérerait sa réapparition.

7. La vision des autres usagers

Je n'oublie pas que près de 20% des conducteurs ont un défaut visuel mal ou pas du tout corrigé !

Je tiens compte du champ visuel réduit lié à la conduite de certains véhicules. Par exemple, les conducteurs de véhicules lourds ont des angles morts très importants vers l'arrière, sur les côtés, et même juste devant leur véhicule.