Balise de virage : différents types et signification

La balise de virage sert à matérialiser le tracé extérieur d’un virage. Il existe 3 types de balises de virage, chacune permettant aux usagers de la route d’anticiper les virages dangereux. En Voiture Simone vous en dit plus sur ces signalisations de la Sécurité routière.

photo-shu-EVS_CLIP_photo--641294046.jpg

Quels sont les différents types de balises de virage ?

Les balises de virage sont des équipements de signalisation verticale. Ces balises viennent en complément des panneaux de signalisation routière et du marquage au sol. Leur objectif est de signaler aux conducteurs un virage dangereux, pour éviter les dérapages malencontreux, mais aussi les sorties de route.

Balise de virage sur accotement ou sur barrière de sécurité

La balise de virage J1 est une balise routière de couleur blanche dotée d’une bande rétroréfléchissante qui lui permet d’être visible de jour comme de nuit. On trouve ce type de balise le long d’une courbe. Leur implantation suit la courbure du virage, permettant aux conducteurs de visualiser de loin le tracé du virage. Ils ont ainsi le temps d’anticiper le virage dangereux, de ralentir et d’adapter la trajectoire de leur véhicule.

Les balises de virage J1 peuvent être directement implantées sur l’accotement ou sur une glissière de sécurité lorsque celle-ci est présente.

  • Les balises sur accotement mesurent 1,30 mètre et sont installées soit à la limite extérieure de la zone de récupération, soit à 50 cm du bord extérieur de la chaussée.
  • Les balises installées sur les barrières de sécurité latérales mesurent 80 centimètres.
illus-balise-de-virage-J1-J1bis.png
Déjà 2 millions d'élèves accompagnés

Rejoignez la communauté !

Déjà 1 million d'élèves accompagés Rejoignez la communauté !.png

Balise de virage pour les routes de montagne

Codifiée J1 bis, cette balise de virage se différencie de la signalétique précédente par son chapeau rouge. Implantée sur les routes fréquemment enneigées, elle est essentielle pour conduire en montagne où la moindre sortie de route peut s’avérer mortelle. Son capuchon rouge lui assure une bonne visibilité, même par mauvais temps.

Annonce d’un virage avec des balises à chevrons

illus-balise-a-chevrons.png

Dernier type de balise à virage, les balises à chevron, codifiées J4. Le rôle de ces panneaux signalétiques est de renforcer la signalisation d’une courbe dangereuse en indiquant la direction de la courbure. Les balises à chevrons peuvent compléter ou remplacer les balises J1 et J1 bis.

Ces panneaux routiers se décomposent en deux sous-catégories :

  • La balise J4 monochevron de forme carrée qui contient un seul chevron blanc sur fond bleu. Elle est implantée du début à la fin de la courbe dans les virages très dangereux. Ce type de signalisation est aussi utilisé pour signaler un ralentisseur de vitesse ou une voie rétrécie par un obstacle et la direction à prendre pour le contourner.
  • La balise J4 multichevrons de forme rectangulaire portant 2 à 5 chevrons blancs sur fond bleu. Sauf contrainte d’implantation, la balise contient généralement 3 chevrons, ce qui suffit à indiquer la direction du virage.
77,8% de réussite au code

Contre 56,6% de moyenne nationale

82,1% de réussite au code Contre 50,2% de moyenne nationale.png

Comment est déterminé le placement des balises de virage ?

illus-fc-classement-des-4-catégories-de-virages.png

Comme pour chaque panneau de signalisation routière, l’implantation des balises de virage est très spécifique. C’est le code de la route qui détermine comment mettre en place une signalisation, en fonction de la dangerosité de la courbe.

Le code de la route classe les virages en 4 catégories, du moins dangereux au plus dangereux.

  • Les virages de catégorie A : aucune signalisation de position de type balise n’est obligatoire. Il en va de même pour la présignalisation, sauf si la visibilité en approche du virage est mauvaise.
  • Les virages de catégorie B : l’implantation des balises J1 ou J1 bis est obligatoire, ainsi qu’un panneau d’annonce de virage A1 en cas de mauvaise visibilité.
  • Les virages de catégorie C : une présignalisation avec un panneau de danger triangulaire A1 est requise, ainsi que des balises de virage blanches et une balise multichevrons.
  • Les virages de catégorie D nécessitent obligatoirement : un panneau routier A1 en présignalisation, des balises J1 ou J1 bis ou des balises J4 en monochevron sur toute la longueur de la courbe.

L’intervalle d’implantation des balises correspond au rayon de la courbe. Plus la courbe est faible, plus la signalétique est espacée.

La classification d’un virage est établie en fonction de la différence entre la vitesse d’approche du virage et la vitesse du véhicule dans le virage. Par exemple, la vitesse dans un virage de catégorie D est inférieure à 50 km/h (pour une vitesse sur route de 90 km/h).