Dépistage alcool et drogues

1. Les contrôles simples

Un dépistage de mon alcoolémie ou de consommation de drogues peut m'être imposé à l'occasion d'un simple contrôle routier. Je ne peux pas m'y opposer.

2. Les contrôles suite à une infraction ou un accident

Suite à un accident ou une infraction pouvant entraîner une suspension de permis, ces dépistages sont souvent réalisés. En effet, s'il existe un lien réel entre consommation d'alcool et/ou stupéfiants et accidents, le même lien existe concernant les infractions commises.

Ils sont normalement systématiques en cas d'accident corporel ou mortel.

3. Les moyens de contrôle

Le dépistage de l'alcoolémie se fait généralement avec un éthylotest (souvent électronique). Si celui-ci est positif, une nouvelle mesure se fait avec un éthylomètre, plus précis.

4. L'éthylomètre

L'éthylomètre est un appareil d'une grande précision, homologué et régulièrement vérifié afin que sa mesure soit irrévocable.

Si le contrôle est positif, une deuxième mesure peut être réalisée 30 minutes plus tard, pour confirmer.

5. Prise de sang

A titre exceptionnel, la mesure de l'alcoolémie peut être réalisée par une prise de sang, notamment si le conducteur n'est pas en état de souffler dans l'éthylotest ou l'éthylomètre (s'il est malade, blessé ou décédé).

6. Dépistage

Le dépistage de consommation de stupéfiants est réalisé pour établir la consommation de drogue (cannabis, cocaïne, amphétamines dont l'esctazy, ...). Généralement, il s'agit d'un test salivaire (mais un test urinaire est possible).

Si le résultat est positif, une prise de sang est effectuée en présence d'un médecin pour confirmer l'infraction.

La présence de drogues peut être relevée même si la dernière consommation était faible ou qu'elle remonte à plusieurs jours.

7. En cas de refus du contrôle

En cas de refus de contrôle d'alcoolémie ou de stupéfiants, la personne risque la même peine que si elle avait été contrôlée positif.

8. L'éthylotest obligatoire dans chaque voiture

Il doit y avoir un éthylotest à bord de chaque voiture. Celui-ci doit être en état de fonctionner (non utilisé s'il s'agit d'un éthylotest chimique, et sa date d'utilisation ne doit pas être dépassée).

Un éthylotest ne permet pas de connaître précisément l'alcoolémie, mais il donne une indication pour savoir si le conducteur a le droit de conduire ou non.

Dans le cas d'un éthylotest chimique, la couleur verte indique la présence d'alcool. Si le réactif vert dépasse le repère, il y a de fortes chances pour que la valeur de 0,5 gramme d'alcool par litre de sang soit dépassée ! (Soit 0,25 mg par litre d'air expiré).

Attention ; les forts écarts de température dans l'habitacle peuvent endommager le dispositif, et donc donner des valeurs erronées. Si j'ai le moindre doute sur mon alcoolémie, je ne conduis pas !