Distance de freinage et d'arrêt

1. Définition

La distance de freinage, c'est la distance que parcourt le véhicule entre le moment où le conducteur appuie effectivement sur la pédale de frein et le moment où le véhicule s'immobilise.

Cette distance peut être plus ou moins longue selon la pression sur la pédale de frein et selon l'adhérence.

Lorsqu'on parle de distance de freinage, on sous-entend généralement la "distance minimum de freinage", c'est-à-dire la distance de freinage la plus courte possible.

2. Facteurs

La distance (minimum) de freinage dépend de la vitesse. Ou plus exactement du carré de la vitesse (la vitesse multipliée par elle-même). En conséquence, lorsque la vitesse double (X2), la distance de freinage est multipliée par 4.

Ainsi, la distance de freinage est 4 fois plus longue à 100 km/h qu'à 50 km/h ; la distance de freinage est 2 fois plus longue à 70 km/h qu'à 50 km/h.

Le poids peut aussi faire varier la distance de freinage. Plus le véhicule est lourd ou chargé, plus la distance de freinage augmente.

3. L'adhérence

La distance de freinage dépend aussi fortement de l'adhérence.

L'adhérence, c'est le coefficient de frottement qui existe entre le pneu et le revêtement routier. Ces 2 éléments font varier le coefficient de frottement :
- sur un même revêtement, 2 pneus de qualités différentes ne freineront pas de la même façon,
- un même pneu ne freinera pas de la même façon suivant la qualité du revêtement.

4. La présence d'eau

La présence d'eau sur le revêtement routier diminue l'adhérence, ce qui augmente les distances de freinage. C'est l'une des raisons qui justifie l'abaissement des limitations de vitesse par temps de pluie (en plus de la visibilité réduite).

Dans le cadre de l'apprentissage de la conduite, on considère que la distance de freinage est multipliée par 2 sur une chaussée humide par rapport à une chaussée sèche. (En réalité, c'est plutôt X1,5).

5. Durcissement

Si la chaussée est froide (en dessous de 7°, même sans présence d'eau, de neige ou de verglas), les pneus peuvent durcir, ce qui allonge les distances de freinage.

Pour y remédier, je peux équiper ma voiture de pneus HIVER, qui ont une gomme plus tendre. Ces pneus permettent de réduire les distances de freinage par temps froid, et sont particulièrement efficaces si la route est recouverte de neige, voire de verglas.

6. Par temps froid

La distance de freinage sur la neige ou le verglas est très variable selon le type et la qualité des pneus, leur usure et le type de neige (poudreuse, fondante ou verglacée). Mais je dois avoir en tête que les distances de freinages peuvent être multipliées par 10 !

A noter que l'A.B.S. (système antiblocage des roues en cas de freinage puissant) ne réduit pas véritablement les distances de freinage, que ce soit sur sol sec ou glissant. Ce n'est pas son rôle.

En revanche, l'A.F.U. (Aide au Freinage d'Urgence), qui amplifie le freinage, peut le réduire légèrement dans certains cas. (Si le passage de l'accélérateur au frein a été rapide et que le freinage est suffisamment puissant).

7. La distance d'arrêt

La distance d'arrêt est la distance que parcourt le véhicule entre le moment où le conducteur perçoit un obstacle et le moment où le véhicule s'immobilise.

En plus de la distance de freinage, la distance d'arrêt comprend la distance parcourue pendant le temps de réaction (qui est d'environ 1 seconde).

Pendant le temps de réaction, le conducteur perçoit, analyse et décide. Mais il ne freine pas encore. Aussi, la vitesse de la voiture ne diminue pas.

8. Formule

Pour calculer une valeur approchée de la distance d'arrêt minimale (sur sol sec) :
- je prends le ou les chiffres des dizaines de la vitesse (en km/h),
- je multiplie le résultat par lui-même.

Par exemple,
- à 50 km/h : 5X5 = 25 mètres pour percevoir + analyser + décider + freiner jusqu'à l'arrêt complet.
- à 70 km/h : 7X7 = 49 mètres.
- à 80 km/h : 8X8 = 64 mètres.
- à 100 km/h : 10X10 = 100 mètres.
- à 110 km/h : 11X11 = 121 mètres.
- à 130 km/h : 13X13 = 139 mètres.

On vérifie une nouvelle fois que la distance d'arrêt est X2 entre 50 et 70 km/h, et X4 entre 50 et 100 km/h.

9. Sur route mouillée

Sur route mouillée, on considère que la distance d'arrêt minimale s'allonge de 50% par rapport à une route sèche (avec des pneus de bonne qualité et en bon état).

Ainsi,
- à 50 km/h, la distance de freinage minimale est de 25 mètres sur sol sec ; 37,5 mètres sur sol mouillé (X1,5).
- à 70 km/h, la distance de freinage minimale est de 50 mètres sur sol sec ; 75 mètres sur sol mouillé (X1,5).
- à 100 km/h, la distance de freinage minimale est de 100 mètres sur sol sec ; 150 mètres sur sol mouillé (X1,5).

On vérifie une nouvelle fois que la distance d'arrêt sur sol mouillé est multipliée par 2 entre 50 et 70 km/h, et multipliée par 4 entre 50 et 100 km/h.

10. Adapter ma vitesse

Je dois adapter ma vitesse à la visibilité et aux risques que je peux prévoir.

Si par exemple, dans un virage sur route mouillée, je n'ai que 70 mètres de visibilité, ma vitesse devrait être inférieure à 70 km/h.
(à 70 km/h, la distance de freinage minimum est déjà de 49 m sur sol sec ; 75 m sur sol mouillé).

11. De nuit

De nuit, les feux de croisement ne portent guère plus loin que 50 mètres. Logiquement, ma vitesse ne devrait pas dépasser 70 km/h (ce qui correspond à une distance d'arrêt de 50 mètres, soit la portée des feux).

Sinon, en cas d'obstacle sur la chaussée (un animal, un arbre couché en travers de la route, ou un usager non éclairé et de couleur sombre), je ne pourrai pas l'éviter en freinant.

12. Adapter les intervalles de sécurité

Les intervalles de sécurité n'ont pas de lien direct avec la distance de freinage.

Pour respecter un intervalle de sécurité suffisant, il suffirait en théorie de garder un intervalle d'une seconde avec le véhicule qui me précède.

MAIS, compte tenu des facteurs qui peuvent faire varier les distances de freinage d'un véhicule à l'autre (qualité et usure des pneus, poids...), mais aussi pour avoir une petite marge (fatigue, attention du conducteur), il est obligatoire d'augmenter l'intervalle de sécurité à 2 secondes MINIMUM.

Je l'augmente plus encore (jusqu'à 3 secondes) :
- lorsque la visibilité n'est pas bonne,
- lorsque l'adhérence n'est pas bonne,
- lorsque mon véhicule est très chargé,
- lorsque je suis suivi de près (pour pouvoir freiner moins fort et ne pas surprendre l'usager qui me suit de trop près).