Les principaux marquages au sol longitudinaux

1. La couleur des marquages au sol

En principe, les marquages au sol ne peuvent être que :
- blancs : marquages permanents,
- jaunes : marquages temporaires ou marquages liés aux interdictions de stationner/s'arrêter ou aux emplacements réservés (arrêt de bus...),
- bleus, pour délimiter les places de stationnement gratuites à durée limitée (zones bleues, contrôlées par un disque posé sur le tableau de bord, visible de l'extérieur) ou les places réservées aux personnes handicapées.

Il arrive que d'autres couleurs soient utilisées, comme le vert pour certaines bandes cyclables. Ces marquages ont alors une valeur indicative ; ils permettent de rendre un aménagement mieux visible.

2. Les lignes

La ligne continue ne doit pas être franchie ou chevauchée sauf dans 1 cas : le dépassement d'un cycliste.

Il arrive cependant qu'il n'y ait d'autre choix que de la franchir, dans le cas de travaux par exemple. Mais en aucun cas pour effectuer le dépassement d'un véhicule qui circule, même si celui-ci est lent.

3. La ligne discontinue

La ligne discontinue peut être chevauchée ou franchie, dans le cadre des dépassements ou des changements de voie par exemple.

Chaque ligne mesure 3 mètres, séparée par un long espace de 10 mètres, ou 1,50 mètre, séparée de 5 mètres en agglomération.

4. La ligne de dissuasion

La ligne de dissuasion est mise en place dans une zone dangereuse, où les dépassements seraient risqués (à cause du manque de visibilité ou de la présence de nombreuses intersections notamment).

Chaque ligne mesure 3 mètres, séparée par un petit espace de 1,33 mètre.

Par principe, sur une chaussée à double sens, une ligne de dissuasion ne peut être chevauchée ou franchie que pour dépasser des véhicules de faible gabarit (vélo, cyclo...) ou circulant lentement (tracteur, voiture lente ayant un problème mécanique et circulant avec les feux de détresse...).

Sur les routes à double sens de circulation, les flèches de rabattement sont normalement complétées par une ligne de dissuasion.

5. Chaussée est à sens unique

Si la chaussée est à sens unique, une ligne de dissuasion interdit d'emprunter une sortie à moins d'être dans la voie de droite. Mais elle n'interdit pas de commencer un dépassement ou de se rabattre dans la voie de droite, si la situation le permet.

6. Ligne médiane mixte

Une ligne médiane peut être mixte : discontinue d'un côté et continue de l'autre. Cela n'arrive que sur des chaussées à double sens de circulation. Je peux uniquement franchir cette ligne si la discontinue est de mon côté.

Si c'est la ligne continue qui est de mon côté, comme sur cette photo, je ne peux la chevaucher que pour dépasser un cycliste.

7. Les lignes de rive

Les lignes de rive délimitent la chaussée de l'accotement, de chaque côté de la route. Sur les routes étroites, il n'y a pas de ligne de rive.

Chaque ligne mesure 3 mètres, séparée par un espace de 3,50 mètres.

Il arrive que la ligne de rive mesure 20 mètres, séparée par un espace de 6 mètres. Cela indique la proximité d'une intersection.

8. Ligne de rive

Une ligne de rive continue à gauche de la chaussée m'informe que celle-ci est à sens unique. Sinon, cette ligne serait discontinue.

9. La bande d'arrêt d'urgence

La bande d'arrêt d'urgence n'est pas une voie de circulation. Elle est destinée aux véhicules en détresse (panne du véhicule ou malaise d'un occupant) ou encore à la progression des véhicules autorisés (secours, dépannage, véhicules d'entretien, police et gendarmerie).

La bande d'arrêt d'urgence est caractéristique : chaque bande mesure 39 mètres, séparée d'une interruption de 13 mètres.

A 130 km/h, je dois laisser une distance minimale de 2 bandes blanches avec le véhicule qui me précède (intervalle de sécurité obligatoire).

10. Les voies réservées à certains usagers

La voie de droite, délimitée par une ligne discontinue très large, est une voie de circulation réservée aux véhicules lents. Elle est obligatoire pour tous les véhicules qui circulent à 60 km/h ou moins.

Cependant, les véhicules qui y circulent peuvent quitter provisoirement cette voie pour dépasser un véhicule encore plus lent (en cédant le passage).

11. Lignes discontinues

La voie délimitée par des lignes discontinues larges est une bande cyclable, donc réservée aux cyclistes. A ne pas confondre avec une piste cyclable, qui serait aménagée sur l'accotement (sur le trottoir par exemple).

Je ne peux ni y circuler, ni y stationner ou m'y arrêter. Ici, je peux néanmoins la traverser pour rejoindre les emplacements de stationnement. Mais généralement, ce type de voie est aménagée le long du trottoir.

En ville, je peux aussi trouver des voies réservées aux transports en commun, plus larges, et identifiables grâce à l'inscription "BUS", inscrite dans la voie.

12. Les zébras

Ce type de marquage au sol hachuré s'appelle un ZÉBRA. Il est interdit d'y circuler, d'y stationner ou de s'y arrêter. Je dois considérer qu'il s'agit d'un terre-plein surélevé, donc infranchissable.