EnVoitureSimone

Circulation alternée : quelles sont les règles de conduite ?

Saviez-vous qu’un véhicule roulant à petite vitesse émet une importante pollution aux particules et à l’oxyde d’azote ? Que les bouchons ont un impact majeur sur la qualité de l’air ? La circulation alternée représente une tentative de réponse à cet état de fait plus que préoccupant affectant les grandes agglomérations. En Voiture Simone fait le point sur cette pratique de l’écomobilité et vous donne toutes les clés pour mieux comprendre ce qu’est aujourd’hui la circulation alternée.

0048cA.jpg

Qu’est-ce que la circulation alternée ?

0048cC.jpg

La circulation alternée pourrait se définir comme une restriction de la circulation par le partage le plus équitable possible d’un flux de véhicules trop important et nocif. L’impartialité consiste à différencier ceux qui ont le droit de circuler de ceux qui ne l’ont pas, par le caractère pair ou impair des numéros d’immatriculation. Ainsi, les jours calendaires pairs, les véhicules pairs circulent, les jours impairs, ils laissent la place aux véhicules impairs.

La démarche s’inscrit parfaitement dans les principes vertueux de l’écomobilité, engagement des collectivités à faire leur possible pour réduire l’impact de la circulation routière sur l’environnement. Il s’agit pour elles d’imposer des mesures de mobilité durable (comme réduire les flux trop polluants) et encourager les déplacements écologiques comme les transports en commun, le vélo ou la marche (notamment en immobilisant les véhicules thermiques).

Déjà 2 millions d'élèves accompagnés

Rejoignez la communauté !

Déjà 1 million d'élèves accompagés Rejoignez la communauté !.png
Bon à savoir

Dans le cadre de la circulation alternée (ou différenciée) la durée d’interdiction ou d’autorisation de circuler correspond à la journée commençant à 5 h 30 du matin et s’achevant à minuit.

Uniquement pour la ville de Paris

La conduite alternée aurait pu s’appliquer partout en France, mais sous sa forme première, elle ne fut que rarement mise en œuvre depuis 1997, et principalement à Paris et sa ceinture... La première autre ville à décider de l’imposer fut Lyon en 2017.

Avantages de la conduite alternée pour diminuer la pollution

La circulation alternée s’appliquait aux véhicules légers, voitures et deux-roues à moteurs thermiques. Diminuer le flux et le volume du trafic réduit mécaniquement la pollution des véhicules. Le système de dates et de numéros de plaques avait l’avantage de la simplicité et d’une application facile par tous. Certains véhicules faisant toutefois exception comme les véhicules d’urgence, les frigorifiques, taxis et auto-écoles.

Avec nous, le code c'est gratuit

Mais pas au rabais

Avec nous, le code c'est gratuit Mais pas au rabais.png
Bon à savoir

Le reproche fait à la circulation alternée est de laisser circuler les véhicules les plus polluants parmi les autres, en pleine crise de pics de pollution.

Différence avec la circulation différenciée

La conduite alternée prend peu à peu une nouvelle forme et se voit remplacée par la circulation différenciée. Celle-ci repose non plus sur les numéros de plaque, mais sur des vignettes de catégories. Celles-ci répertorient et classent les véhicules dans des niveaux plus ou moins élevés de pollution potentielle.

Concrètement, les vignettes Crit’Air attribuées aux voitures, camionnettes ou deux-roues ont le droit de circuler dans une zone définie en fonction de la classe à laquelle elles appartiennent. Par exemple, tel jour de pic de pollution, seules les catégories 0, 1, 2 et 3 peuvent circuler dans telle agglomération.

illus-Vignnette-CritAir.webp

Quels sont les véhicules concernés par la circulation alternée ?

Qu’il s’agisse de la circulation alternée de la première génération ou de la conduite différenciée, les véhicules non polluants, c’est-à-dire qui n’émettent pas de particules ou de gaz à effet de serre, y échappent toujours. Il s’agit des véhicules GPL, hybrides et électriques.

Voitures avec motorisation diesel ou essence

Les véhicules visés par la circulation alternée sont les voitures, deux-roues et scooters fonctionnant avec des moteurs thermiques, essence ou diesel.

Exception pour certains usagers de la route

Le dispositif de conduite alternée n’impacte pas la mission de service public qu’assurent directement ou indirectement de nombreux véhicules, même s’ils peuvent s’avérer relativement polluants. Ces exceptions comprennent :

  • Les véhicules du service public, comme les secours, SAMU, ambulances, pompiers, police, gendarmerie, etc. ;
  • Les véhicules de travaux publics ;
  • Les transports en commun, comme les bus ;
  • Les voitures pratiquant le covoiturage et transportant au moins trois personnes ;
  • Les véhicules utilitaires frigorifiques d’approvisionnement, comme les livraisons de magasins d’alimentation, etc. ;
  • Les taxis ;
  • Les VTC, voitures de transport avec chauffeur, comme Uber ;
  • Les véhicules bénéficiant d’une autorisation spéciale ;
  • Etc.
Bon à savoir

Certains véhicules peuvent se voir complètement interdits de circulation, indépendamment de leur immatriculation. Il peut s’agir de :

  • Poids lourds de plus de 3,5 t ;
  • Deux-roues et scooters non équipés de pots d’échappement catalytiques.

Quelles sanctions en cas de non-respect de la circulation alternée ?

0084cG.jpg

La décision d’entrer dans une période de circulation alternée est toujours très médiatisée (radio, SMS, notifications…) et de nombreux panneaux routiers lumineux affichent le message. Ne pas respecter les interdictions de circuler lorsque la circulation alternée se trouve mise en place constitue une infraction de 2e classe, sanctionnée d’une amende forfaitaire de 35 €. De manière générale, le respect du dispositif se trouve particulièrement contrôlé.