Les effets et les dangers de l'alcool

1. Apparition des effets de l'alcool

95% de l'alcool absorbé passe dans le sang. Ses effets se font ressentir dès 0,20 à 0,30 g d'alcool par litre de sang. Soit dès le premier verre.

2. Le temps de réaction

Le temps de réaction est normalement d'environ 1 seconde. L'alcool peut l'augmenter de 50%. En conséquence, le conducteur parcourt une plus grande distance entre le moment où il perçoit un danger et le moment où il tente de l'éviter.

3. La vue

L'alcool provoque des troubles de la vue tels que :
- la réduction du champ visuel,
- une plus grande sensibilité à l'éblouissement,
- la vision qui peut se troubler,
- une moins bonne perception de la couleur rouge.

4. L'évaluation des distances et des vitesses

L'alcool fausse l'évaluation des distances, mais aussi des vitesses.

Plus grave, l'alcool fausse l'évaluation des distances combinées à la vitesse. Ainsi, il devient plus difficile d'évaluer si j'ai le temps de m'engager à une intersection, si l'intervalle de sécurité est suffisant ou si j'ai le temps de dépasser.

5. La prise de risques

L'alcool provoque une certaine euphorie, une confiance en soi qui entraîne :
- une surestimation de son état et de ses capacités,
- une conduite plus rapide,
- des manoeuvres dangereuses comme certains dépassements.

6. La fatigue

L'alcool favorise la fatigue et accélère l'apparition du risque de s'endormir. En particulier chez les conducteurs novices pour qui les gestes ne sont pas encore automatiques. D'autre part, l'alcool nuit à ces automatismes et rend les gestes moins précis.

7. L'alcool dans les accidents de la route

L'alcool augmente le risque d'accident :
- à 0,5g/l : le risque est multiplié par 2,
- à 0,8g/l : le risque est multiplié par 10,
- à 1,2g/l : le risque est multiplié par 35,
Le mélange alcool + cannabis multiplie le risque d'accident mortel par 14 pour la conduite

Dans 30% des accidents mortels, la présence d'alcool est relevée.
Les 2/3 de ces accidents se produisent les nuits des week-ends et des jours fériés.
93% des conducteurs impliqués dans un accident avec alcool sont des hommes.

Généralement, il ne s'agit pas de buveurs invétérés mais de buveurs occasionnels. Plus d'1/3 des conducteurs impliqués dans un accident mortel avec alcool ont un taux supérieur à 2g/l.

Si aucun conducteur ne buvait avant de prendre le volant, on pourrait sauver plus de 1 000 vies par an.