EnVoitureSimone

Secourir les blessés d’un accident de la circulation

Savoir comment agir lors d’un accident de la route est primordial. Vous apprendrez ces notions lors de vos cours de code et pourrez être interrogé sur ces points pendant votre épreuve du permis de conduire. En effet, il y a une procédure à respecter qui permet de limiter le risque supplémentaire d’accident, mais aussi de sauver les éventuelles victimes. Si vous souhaitez en savoir davantage sur le sujet, nous vous donnons toutes les informations dès maintenant.

0063cC.jpg

Comment assister les victimes d'un accident de la route ?

Tout d’abord, sachez qu’avant d’assister les usagers victimes d’un accident de la route, vous devez réaliser les gestes de premiers secours qui sont : protéger la zone et alerter les secours.

Pour cela, vous devez actionner vos feux de détresse et placer un triangle de présignalisation en amont des lieux de l’accident, soit environ 30 mètres. Vous pourrez ensuite secourir les usagers en attendant l’arrivée des pompiers ou de du SAMU. Toutefois, lorsque vous portez secours à des blessés, il est important de bien vous y prendre pour ne pas voir leur état empirer.

Si par exemple la personne est consciente, vous pouvez la rassurer et échanger avec elle pour essayer de la maintenir éveillée. Si la victime a froid (ce qui est fréquent et causé par le choc de l’accident), vous devez alors essayer de la réchauffer.

Les gestes de premiers secours à effectuer sont différents en fonction du cas et de la gravité de la blessure. Rassurez-vous, nous vous disons tout ci-dessous.

Conseils : il est conseillé d’avoir une trousse de secours dans votre véhicule contenant une couverture de survie en plus du matériel indispensable pour effectuer les gestes de premiers secours (pansements, compresses, désinfectant…). Il est obligatoire de posséder un triangle de présignalisation afin de pouvoir alerter les autres usagers d’un accident pour sécuriser la zone. Cela limite le risque de suraccident en protégeant aussi bien les blessés que les autres conducteurs.

Bon à savoir

En cas d’accident, il est essentiel d’actionner ses feux de détresse pour avertir les usagers de la route du danger. En tant qu’apprenti conducteur ou conductrice, vous devez ainsi connaître les différents types de feux présents sur une voiture. Si vous avez du mal à les différencier, En Voiture Simone est là pour vous éclairer sur le sujet ! 😉

En cas de saignements

Si la victime saigne et que la coupure est peu profonde, vous pouvez faire un pansement en attendant l’arrivée des secours. Dans le cas où la coupure est profonde et saigne beaucoup, vous devez comprimer la zone ensanglantée pour limiter l’hémorragie. Enfin, en cas de saignements abondants, vous devez réaliser un garrot. Évitez en revanche de retirer un objet planté dans la chair de la personne accidentée.

0065cC.jpg
Bon à savoir

Si vous réalisez un garrot, pensez à noter l’heure à laquelle vous le faites, car cette information vous sera demandée par les secours.

Révisez le code gratuitement !

Vous aimez quand c'est gratuit ? Nous aussi !

Vous aimez quand c'est gratuit _ Nous aussi Révisez le code gratuitement !.png

En cas d'insuffisance respiratoire

Si vous constatez que l’une des victimes souffre d’insuffisance respiratoire, desserrez dans un premier temps ses vêtements (boutons de chemise, ceinture, pantalon, etc.). Aussi, si vous avez la possibilité de l’allonger, vérifiez au préalable qu’aucun objet n’est présent dans sa bouche et entrave sa respiration.

Bon à savoir

Parmi les différentes craintes partagées par les usagers, la panne sur l’autoroute est l’une des plus redoutées. Il est essentiel de connaître les bons réflexes pour ne pas causer d’accident. Pour cela, vous devez vous garer sur la bande d’arrêt d’urgence, actionner vos feux de détresse, sortir du véhicule côté passager et si possible, placer un triangle de signalisation 30 mètres en amont avant de contacter un dépanneur. En attendant son arrivée, vous devez rester de l’autre côté des glissières de sécurité.

En cas de perte de connaissance

Si une victime d’un accident de la route perd connaissance, vous devez vérifier qu’elle respire et surveiller constamment son état jusqu’à l’arrivée des secours. Dans le cas où elle ne respire plus, vous devez essayer de la réanimer en réalisant un bouche-à-bouche complété d’un massage cardiaque.

0065cF.jpg

En cas d’arrêt cardiaque

Parmi les différentes notions qu’un jeune automobiliste doit acquérir, savoir communiquer avec les autres usagers est indispensable. En effet, comprendre et transmettre un message aux autres conducteurs peut éviter de devoir réagir dans l’urgence, voire de causer un accident de la circulation. Pour cela, vous pouvez utiliser les feux de détresse, le regard ou les gestes, par exemple.

Que doit-on faire en cas d’arrêt cardiaque ?

L’arrêt cardiaque signifie que le cœur s’est arrêté ou dysfonctionne. L’arrêt du cœur peut entraîner de graves lésions au cerveau car ce dernier n’est plus alimenté en oxygène et provoquer la mort de l’individu.

Comment sait-on qu’il s’agit d’un arrêt cardiaque ?

La victime ne répond plus aux questions posées. Elle ne respire pas (arrêt du mouvement dans la poitrine, aucun air ou bruit sortant de sa bouche ou de son nez) ou respire mal.

0065cG.jpg

Que doit-on faire en cas d’arrêt cardiaque ?

Agir très rapidement.

  • Appelez tout de suite les secours (15 pour le SAMU, 18 pour les pompiers ou le 112 numéro d’appel d’urgence européen) et mettre en haut parleur pour être guidé dans les consignes.
  • Commencez la réanimation cardio-pulmonaire (RCP) : séries de 30 compressions thoraciques suivies de 2 bouche-à-bouche pour insuffler de l’air à la victime.
  • Si vous avez à proximité un défibrillateur automatisé externe (DAE), utilisez-le au plus vite en interrompant le moins possible le massage cardiaque. Le DAE peut être utilisé par une personne peu ou pas formée et permettre de rétablir un rythme cardiaque normal.
  • Poursuivre la RCP jusqu’à l’arrivée des secours.
Bon à savoir

Face au risque d’accident, conduire dans un tunnel est encadré par une réglementation précise, tandis que les usagers de la route doivent adopter les bons comportements. Comme sur l’autoroute, les tunnels sont équipés d’emplacements d’arrêt d’urgence et de bornes d’appel.

77,8% de réussite au code

Contre 56,6% de moyenne nationale

82,1% de réussite au code Contre 50,2% de moyenne nationale.png

Comment déplacer un blessé ?

Si vous jugez que la situation est trop dangereuse (risque d’explosion, d’incendie ou de noyade), il est recommandé de sortir les blessés du véhicule. Cette opération demande d’agir avec précaution car il ne faut pas aggraver leur état. Lorsque vous déplacez des blessés, il ne faut pas les tirer par leurs membres et veiller à ce que leur colonne vertébrale soit correctement placée. Une fois mises à l’abri, les victimes peuvent alors être installées en position latérale de sécurité (PLS), c’est-à-dire allongées sur le côté, jambes repliées en chien de fusil, la tête reposant sur le bras.

0063cF.jpg
Bon à savoir

Ne pas retirer le casque d’un motard qui a eu un accident de la route car le casque peut tenir en place une fracture et il peut y avoir un risque de lésion cervicale.

Avec nous, le code c'est gratuit

Mais pas au rabais

Avec nous, le code c'est gratuit Mais pas au rabais.png

FAQ

  • Comment secourir une victime ?

    Pour secourir une victime d’un accident de la route, vous devez évaluer la situation, protéger le lieu de l’accident, prévenir les secours et enfin adapter le type de secours en fonction de son état. Si elle est consciente, vous devez la rassurer, et en cas de difficultés à respirer, vous devez desserrer ses vêtements. Enfin, si elle est inconsciente, vous devez surveiller sa respiration jusqu’à l’arrivée des secours. Si elle arrête de respirer, vous devez procéder à un massage cardiaque.

  • Pourquoi ne pas faire boire de l'eau à une victime en cas d'accident ?

    Une personne victime d’un accident ne doit pas boire d’eau ni manger car il est possible que son état nécessite une opération chirurgicale, et par conséquent elle devra être anesthésiée, ce qui demande d’être à jeun.

  • Quelle est la première action du SST en présence d'une victime ?

    Lorsque vous arrivez sur un accident, la première chose à faire est de protéger les lieux. Vous réduisez ainsi le risque de suraccident.