Les endroits où il est toujours interdit de stationner/s'arrêter

1. Introduction

Il y a des endroits où il est interdit de s'arrêter ou de stationner même si aucune signalisation n'est mise en place (ni panneau, ni ligne jaune) :

2. Avant un passage pour piétons

Il est interdit de stationner en amont d'un passage pour piétons, sur une longueur de 5 mètres (largement la longueur d'une voiture). En revanche, il est possible de stationner immédiatement après.

Le but est d'éviter qu'un véhicule stationné ne masque un piéton engagé pour traverser la route, ou sur le point de le faire.

Bien sûr, l'arrêt et le stationnement sont interdits SUR un passage pour piétons !

3. S'il y a une ligne continue

Il est interdit de s'arrêter ou de stationner si mon véhicule oblige les autres usagers à chevaucher ou à franchir une ligne continue pour me dépasser. Normal, puisque cela leur imposerait de commettre une infraction.

4. Sur ou sous les ponts, dans les tunnels

Les ponts et les tunnels ne sont pas étudiés pour permettre l'arrêt ou le stationnement.

Il est interdit de s'arrêter ou de stationner sur ou sous un pont.
Dans un tunnel, il est interdit de s'arrêter, sauf urgence (panne, malaise d'un occupant). Et dans ce cas, je dois utiliser en priorité les emplacements d'arrêt d'urgence prévus à cet effet et prévenir immédiatement les secours.

5. Dans une voie réservée ou sur un emplacement réservé, sur un trottoir...

Dans les voies réservées à certains usagers (bandes/pistes cyclables, voies pour les véhicules de transport en commun...), je n'ai ni le droit de circuler, ni le droit de stationner ou de m'arrêter.

Par extension, les trottoirs sont des espaces réservés aux piétons. Je n'ai donc pas le droit de m'arrêter ou de stationner sur un trottoir (sauf aménagements spéciaux ou signalisation indiquant que c'est autorisé).

Sauf autorisation, je n'ai pas non plus le droit d'utiliser un emplacement réservé à certains usagers pour m'arrêter ou stationner : emplacement pour personnes à mobilité réduite, arrêt de bus, station de taxis... Même si aucune autre place n'est libre ; même pour une durée très courte.

Je peux utiliser les emplacements de livraison uniquement si je suis arrêté (pour faire monter/descendre des personnes ou charger/décharger mon véhicule, en restant à proximité). Parfois, si la signalisation le précise, les emplacements de livraison peuvent être utilisés pour stationner certains jours, à certaines heures (généralement la nuit ou le dimanche).

6. Devant une entrée/sortie de véhicules

Il est interdit de stationner devant un accès pour véhicules d'un immeuble ou d'une habitation. (L'arrêt est autorisé).

Attention : je peux être verbalisé (et ma voiture enlevée) même si c'est ma propre entrée que je bloque. Il n'y a pas de dérogation, même si je mets une pancarte avec le numéro d'immatriculation de ma voiture sur mon portail.

7. A contresens

En agglomération, je dois stationner du côté droit. Stationner du côté gauche n'est autorisé que si la rue est à sens unique. Pour stationner du côté gauche lorsque la rue est à double sens, je dois commencer par faire demi-tour à un endroit approprié.

Hors agglomération, je dois stationner sur l'accotement droit si celui-ci est praticable. Sinon, je peux stationner côté gauche, sur l'accotement (à condition qu'il n'y ait pas de ligne continue séparant les 2 sens de circulation).

Mais attention : stationner du côté gauche est risqué : pour rejoindre l'emplacement, cela m'oblige à ralentir, voire m'arrêter pour laisser passer les usagers arrivant en face, hors intersection, ce qui pourrait surprendre les usagers arrivant derrière moi. Et au moment de repartir, cela m'oblige à couper une voie de circulation pour revenir à droite de la chaussée. C'est d'autant plus dangereux si un autre véhicule est stationné devant moi : il me masque la visibilité !

8. Si je masque une signalisation ou une intersection

Il est dangereux, et donc interdit de stationner ou de s'arrêter en masquant la signalisation (un feu ou un panneau quel qu'il soit), même si je suis sur l'accotement.

Il est interdit de stationner ou de s'arrêter à proximité d'une intersection (avant et après) : je risque de gêner la visibilité des usagers y débouchant, risquant de provoquer un accident.

9. Si je gène l'accès à une installation d'utilité publique

J'ai interdiction de stationner si je risque de gêner l'accès à une borne d'incendie ou à une installation souterraine (égouts, réseaux électriques ou de communication).

10. Après un sommet de côte ou près/dans un virage

J'ai interdiction de stationner à un endroit où je pourrais surprendre un usager ou si je risque de masquer la visibilité. C'est le cas par exemple juste après un sommet de côte (risque de surprendre) ou dans un virage (risque de surprendre et de masquer la visibilité).

Si je dois m'arrêter dans de telles conditions, suite à une panne par exemple, je place un triangle de présignalisation avant le virage ou le sommet de côte de telle façon qu'il soit visible de loin.

11. En double file

Il est toujours interdit de stationner en double-file.

Seul l'arrêt est autorisé le long de véhicules garés en créneau (les uns derrière les autres), à condition de ne pas (trop) gêner la circulation et à ne pas obliger les autres usagers à commettre une infraction.

L'arrêt en double file derrière des véhicules garés en bataille (les uns à côté des autres) ou en épi (bataille de biais) est toujours interdit.

12. Le stationnement abusif

Sur la voie publique, le stationnement ne peut excéder 7 jours au même endroit. Au-delà, on parle de stationnement abusif, qui est interdit et sanctionné.

En agglomération, le maire peut décréter que le stationnement abusif est constitué sur une période plus courte (en général, 48 heures maximum).

Si je dois laisser ma voiture stationnée plus longtemps, je dois le faire dans un parking où c'est autorisé ou dans un lieu privé.