EnVoitureSimone

Tout savoir sur les types de parkings

Avez-vous remarqué qu’il y a peu de choses aussi immédiatement contrariantes que de ne pas trouver de place de parking ? De plus, le stationnement est parfaitement réglementé et au moindre écart, l’amende ou la fourrière menacent… Saviez-vous qu’en 2021, sur les 27 millions d’infractions au code de la route, 5,8 millions étaient des stationnements gênants ou dangereux ? Tout cela a décidé En Voiture Simone à faire un zoom sur les parkings, havres de repos et de sécurité parfois si intensément espérés…

photo-fc-garer en-epi-arriere.jpg

Quels sont les différents types de parkings ?

Le parking, dit aussi parc ou aire de stationnement, peut se définir comme un espace librement accessible aux usagers de la route pour abandonner leur véhicule un certain temps avec le moteur éteint. Si le code de la route définit précisément les règles de stationnement, il existe également un cadre légal pour le stationnement et le déplacement dans les parkings. Il convient donc pour respecter convenablement ce cadre de savoir différencier les différents types de parkings.

Cela permet notamment de connaître les attendus en termes de durée et de coût, selon l’emplacement choisi (ou trouvé 😁!). Le code de la route distingue donc les différents espaces suivants :

  • Parking public ;
  • Parking privé ;
  • Parking privé à usage public.
Bon à savoir

Si la réglementation définit le stationnement, sachez que les automobilistes et usagers ont le choix entre plusieurs types de stationnements (qui dépendent de l’agencement des parkings). Lors de l’épreuve pratique, l’examinateur vous demandera peut-être de réaliser un stationnement en épi, un rangement en bataille ou un stationnement en créneau ( à ne pas confondre avec le dépassement en créneau !).

De quelles manières différencier les types de parkings ?

Le parking peut présenter de nombreuses caractéristiques en termes de praticité et de fonctionnalité. Il se trouve en bord de voie, souterrain, organisé en box, aérien, en terrasse… gratuit ou payant, accessible à certains horaires ou en permanence.

  • Les parkings publics s’identifient avec un panneau carré bleu à liseré blanc, portant une lettre P majuscule en blanc ;
  • Les emplacements privés n’ont pas l’obligation d’une signalisation normée.

Les parkings se différencient généralement par les spécificités suivantes :

  • Le lieu d’implantation et le type de propriétaire (État, collectivités locales, personnes physiques ou morales comme entreprises, collectifs d’usagers, etc.) ;
  • Le nombre de places et la destination (stationnement temporaire ou permanent) ;
  • L’accessibilité (type de véhicules, horaires d’ouverture, accessibilité des personnes à mobilité réduite, stationnement horaire ou permanent…) ;
  • La réglementation s’y appliquant.
77,8% de réussite au code

Contre 56,6% de moyenne nationale

82,1% de réussite au code Contre 50,2% de moyenne nationale.png

Quelles sont les règles de circulation et de stationnement selon le parking ?

En raison de leur nature, les parcs de stationnement publics et privés ne se trouvent pas soumis à la réglementation de la même manière.

Parking public ou municipal

0031cG.jpg

La possibilité de stationnement sur le territoire et les infrastructures publiques d’une commune et son organisation relèvent du service public et restent accessibles à tous. La circulation dans un parking public est gérée par l’application des règles du code de la route. Il s’agit de suivre en priorité la signalisation et en l’absence de celle-ci, les mêmes règles que sur la voie publique (par exemple, priorité à droite).

Bon à savoir

Les parkings peuvent être placés dans les zones de rencontre. Dans ces zones, les automobilistes et conducteurs d'engins de la mobilité urbaine doivent respecter une réglementation spécifique établie par le code de la rue pour protéger les usagers vulnérables.

Qu’il soit gratuit ou payant, le stationnement est organisé de manière stratégique, répondant par l’installation de ses aires de stationnement à des besoins géographiques spécifiques. Cela conduit la collectivité à :

  • Délimiter des zones de stationnement, avec des tarifications et des durées différentes ;
  • Gérer les problèmes de pollution en parking souterrain ;
  • Établir une réglementation complémentaire à imposer dans ses parkings et veiller à ce qu’elle soit respectée. Par exemple :
    • Réglementation par disque, par horodateur, etc.,
    • Conditions de stationnement spécifiques pour certaines professions (comme les intervenants à domicile).
Avec nous, le code c'est gratuit

Mais pas au rabais

Avec nous, le code c'est gratuit Mais pas au rabais.png
Bon à savoir

La gestion du stationnement payant s’est vue décentralisée en 2018, autorisant notamment les collectivités à fixer le montant des forfaits de post-stationnement (remplaçant les amendes pour infraction au stationnement). Les montants perçus restent donc dans la trésorerie de la commune, lui permettant de gérer de manière indépendante sa stratégie de stationnement.

Parking privé

Le terme parking privé recouvre plusieurs types d’emplacements privés, c’est-à-dire interdits au stationnement des véhicules « autres » :

  • Les emplacements privatifs des particuliers, généralement de 1 ou 2 places ;
  • Les parkings de copropriétés, aériens ou souterrains, ouverts ou fermés ;
  • Les aires de stationnement des entreprises ;
  • Etc.

Les aires de stationnement privées ne sont pas soumises aux règles du code de la route, puisque leur accès est interdit au public. Pour les parkings à circulation importante, comme certains parcs d’entreprise ou de copropriété, un règlement spécifique peut être établi par le propriétaire ou le gestionnaire. Il peut naturellement y être noté que le code de la route s’applique dans cet espace privé.

Bon à savoir

En cas d’accident dans le parking privé, seules les dispositions décrites dans le règlement du parking privé définissent les torts.

Parking privé à usage public

Les emplacements privés des supermarchés, magasins ou centres commerciaux ont le statut spécial de parking privé à usage public. Le propriétaire décide de son fonctionnement (payant, gratuit, horaires, etc.), définit et impose sa gestion de l’espace, met en place une signalisation à respecter prioritairement.

  • En cas d’absence de signalisation, le code de la route s’applique ;
  • Le lieu étant d’usage public, les forces de l’ordre peuvent y intervenir en cas d’infraction.