L’examen du code de la route est-il plus facile que l’entraînement ?

Certaines légendes urbaines racontent que l’examen du code est plus facile que l’entraînement. Mythe ou réalité ? En Voiture Simone démêle le vrai du faux et vous donne tous les conseils utiles à l’obtention du précieux sésame ! Quelles questions sont posées lors de l’épreuve du code de la route ? Quels sont les pièges à éviter et comment se préparer au mieux à l’examen ? On vous dit tout ! 🎓

Vrai ou faux : l’examen du code de la route est-il plus simple que les entraînements ?

Certaines expériences individuelles rapportent que l’épreuve théorique générale (ETG) du permis de conduire serait plus simple que ses examens blancs. Ces tests sont pourtant conçus pour correspondre au mieux à la réalité ! Puisqu’il est impossible de déterminer réellement si l’examen du code est plus facile que l’entraînement, mieux vaut se préparer parfaitement pour le jour J ! En Voiture Simone, spécialiste du code de la route gratuit, vous donne quelques conseils…

photo-fc-code-de-la-route1.jpg

Quelles questions sont posées lors de l’examen du code ?

L’épreuve du code de la route contient 40 questions reflétant des situations routières ou des notions théoriques pures illustrées par des images, des photographies ou des vidéos. Celles-ci sont aléatoirement sélectionnées au sein d’une base de données comportant 1 000 questions. Il est ainsi impossible de prédire précisément celles qui vous seront présentées le jour de l’examen !

Sachez toutefois que les notions abordées au cours de l’épreuve seront articulées autour des dix thématiques enseignées lors de l’apprentissage théorique. La répartition des quarante questions au sein des diverses thématiques est toujours la même lors de l’examen, elle se présente comme suit :

  • dix questions sur le thème « Le conducteur » ;
  • cinq questions sur le thème « Les autres usagers » ;
  • quatre questions sur le thème « Mécanique et équipement » ;
  • quatre questions sur le thème « Circulation routière » ;
  • quatre questions sur le thème « La route » ;
  • trois questions sur le thème « L’environnement » ;
  • trois questions sur le thème « Notions diverses » ;
  • trois questions sur le thème « La sécurité du passager et du véhicule » ;
  • trois questions sur le thème « Prendre et quitter son véhicule » ;
  • une question sur le thème « Premiers secours ».
77,8% de réussite au code

Contre 56,6% de moyenne nationale

82,1% de réussite au code Contre 50,2% de moyenne nationale.png

Comment se préparer aux questions du code ?

Ne misez pas toutes vos chances sur la théorique selon laquelle l’examen du code de la route serait plus facile que l’entraînement ! Ces suppositions vous induisent en erreur, puisque tout pousse à croire que l’examen du code n’est pas plus simple que les entraînements… Pour vous préparer au mieux aux QCM (questions à choix multiples) l’épreuve théorique, pas de secret : il faut travailler !

Appréhendez les notions élémentaires liées à la sécurité routière et au code de la route en consultant les cours mis à votre disposition par votre auto-école. Celles et ceux qui passent leur examen en candidat libre trouveront leur bonheur en ligne ou feront l’acquisition d’un livre de leçons du code de la route.

Votre auto-école vous permet de réaliser des sessions d’entraînement, observez un rythme soutenu et assidu ! Plus vous vous entraînerez, mieux vous serez préparé pour le grand jour. Une fois les notions élémentaires acquises, tentez de concentrer vos efforts sur les points de friction : ceux qui challengent votre compréhension. Réalisez par exemple des séries d’entraînement à thèmes, ciblées sur les notions que vous n’avez pas encore parfaitement assimilées !

L’examen blanc du code de la route est un entraînement particulièrement efficace. Il permet de tester vos connaissances et de vous confronter à des conditions sensiblement similaires à celles de l’épreuve théorique officielle.

Les auto-écoles en ligne permettent de vous préparer à l’examen du code de la route à votre rythme, depuis votre ordinateur, tablette ou smartphone. Mieux encore : En Voiture Simone propose un mode de formation au code de la route gratuit ! Retrouvez les dix thématiques abordées par le code de la route, réalisez des séries d’entraînement à thème ainsi que des sessions ciblées sur vos erreurs et passez des examens blancs conformes à l’épreuve officielle grâce à notre application !

Même si vous passez votre code en accéléré, en candidat libre ou non, n’allez pas trop vite. Vous devez être prêt avant de vous rendre en salle d’examen. Révisez bien vos cours de code, entraînez-vous à réduire le nombre de fautes aux QCM et notez votre progression. Vous avez un doute sur les équipements ? Sur les usagers vulnérables ? Sur les situations à risque pour les conducteurs ? Reprenez vos cours sur ordinateur ou tablette. Réviser est l’unique option pour vous assurer une totale réussite à l’examen théorique et obtenir votre précieuse attestation ETG !

photo-fc-obtenir-numero-neph.jpg
Le permis accessible dès 17 ans

Dès le 1er janvier 2024

logo-17ans.png.png

Quels sont les pièges à éviter lors de l’examen du code de la route ?

Vous avez suivi un entraînement acharné et vous sentez prêt à affronter l’épreuve théorique du permis de conduire ? Un dernier obstacle se dresse sur votre chemin : les questions pièges du code de la route. Pas de panique ! Certaines questions sont simplement plus complexes à appréhender. Une lecture précise des formulations employées et une observation rigoureuse des situations présentées permettent de déjouer ces pièges. On vous explique tout ! 😉

Comment repérer l’élément perturbateur ?

Certaines questions en apparence simples peuvent comporter des détails clés, il s’agit d’observer précisément chaque situation présentée afin de détecter l’éventuel élément perturbateur. Soyez vigilant et prenez le temps d’étudier l’illustration. L’élément perturbateur peut se situer en second plan de la photo ou de la vidéo, ou bien à l’arrière du véhicule : n’omettez pas d’observer le rétroviseur central ainsi que les rétroviseurs latéraux !

Attention !

Être attentif à chaque question permet de déceler la présence d’indices tels que :

  • des piétons ;
  • des cyclistes ;
  • des véhicules au comportement irrégulier ;
  • des panneaux de signalisation au loin ;
  • des voyants et clignotants ;
  • des zones à faible visibilité, etc.

Questionner le choix du verbe

Certaines questions présentent des formulations particulièrement subtiles. Il s’agit de peser le poids de chaque mot et de comprendre leur sens littéral. L’un des pièges les plus courants de l’examen du code de la route réside dans le verbe de la question énoncée. Posez-vous les bonnes questions : l’intitulé concerne-t-il une possibilité ou une obligation ?

La différence cruciale entre « je dois » et « je peux »

Il est particulièrement important de distinguer deux catégories de questions :

  • celles qui utilisent le verbe « devoir » ;
  • celles qui utilisent le verbe « pouvoir ».

Le code de la route désigne précisément les possibilités et les obligations du conducteur. Les questions formulées autour de « je dois » impliquent une règle impérative. Dans ce cas, sélectionnez uniquement les options obligatoires. Les formulations articulées autour de « je peux » induisent une capacité, cochez toutes les affirmations concernant des options légales : celles que vous pouvez réaliser dans le respect du code de la route.

On vous accompagne jusqu'au permis

Prêt à vous lancer ?

On vous accompagne jusqu'au permis Prêt•e à vous lancer .png

La question en deux parties

Certaines questions ne présentent pas de grandes difficultés mais impliquent une lecture en deux temps. Lorsque l’intitulé est scindé en deux interrogations distinctes, prenez le temps de le lire dans son intégralité avant de répondre aux deux questions. L’examen du code de la route n’attribue pas de demi-point ! Il est exigé de répondre correctement aux deux questions formulées pour obtenir le point.

Le rétroviseur : un indice caché ?

Le rétroviseur central et les rétroviseurs latéraux sont des éléments essentiels ! Pourtant, les indices qu’ils renferment sont trop souvent négligés par les candidats au code de la route… Pour éviter de tomber dans le panneau, contrôlez la présence de piétons, de cyclistes ou encore d’un éventuel véhicule sur le point de vous dépasser !

photo-kp-vlcsnap-2022-06-28-17h11m17s125.png

Les enjeux de l’écoconduite

L’écoconduite est au cœur des enjeux écologiques actuels. Cette notion cruciale figure parmi les dix thématiques du code de la route depuis sa récente réforme, en 2016. Ne négligez pas les questions liées à l’écoresponsabilité et l’environnement ! Les comportements relatifs à l’écoconduite ne sont pas innés et nécessitent une bonne connaissance théorique.

Le klaxon : un piège à éviter !

Dans les faits, le klaxon est souvent utilisé pour de mauvaises raisons, donnant aux aspirants conducteurs une image erronée de son usage légal. En effet, son utilisation est strictement encadrée par le code de la route, de très rares situations autorisent un usager à employer son avertisseur sonore. Maîtrisez cette notion pour éviter le piège !

0072cA.jpg
Bon à savoir

Si le candidat doit connaître toutes les bases du code de la route pour réussir l’examen théorique, certaines thématiques reviennent très souvent. Limitations de vitesse, comportements des conducteurs, équipements de la signalisation routière, règles de priorité, dépassements des usagers et les infractions et délits routiers.

Les pièges à l’examen du code de la route depuis 2015

En 2015, la base de données de l’examen théorique du permis de conduire comportait seulement 700 questions. La réforme du code la route de 2016 implique une privatisation de l’examen ainsi que l’intégration de nouvelles thématiques, parfois jugées plus complexes. L’élargissement des thèmes abordés a entraîné une augmentation du nombre de questions : la base de données est passée de 700 à 1 000 questions, comportant un nombre plus important de questions pièges !

Bon à savoir

Tout comme l’examen théorique, l’examen pratique comporte de nombreuses situations qui peuvent faire douter les futurs conducteurs que vous êtes. Vous serez peut-être un heureux candidat qui aura son permis du premier coup. Mais vous pouvez aussi faire partie des candidats qui cumulent les échecs au permis. Si tel est le cas, rassurez-vous et comme pour le code, suivez les conseils d’En Voiture Simone. La réussite vous attend !

FAQ

  • Est-ce que le code est plus facile à l’examen ?

    Certaines rumeurs suggèrent que l’examen du code de la route est plus facile que son entraînement. Pourtant, les séries et les examens blancs formulés par les auto-écoles sont conçus pour refléter au mieux la réalité de l’épreuve ! Aucune étude ne permet par ailleurs d’affirmer que l’examen théorique du permis de conduire est plus complexe que l’entraînement.

  • Quelles sont les questions les plus posées au code de la route ?

    Les 40 questions qui vous seront présentées le jour de l’examen théorique officiel du permis de conduire seront aléatoirement sélectionnées dans une base de données comportant 1 000 questions. Sachez toutefois que les dix thématiques du code de la route seront systématiquement abordées, le thème le plus récurrent étant « le conducteur ».