6 conseils pour conduire la nuit sans visibilité

Entre la visibilité réduite, la fatigue et le manque de repères, de nombreux automobilistes ont peur de conduire la nuit. Si tel est votre cas, voici 6 conseils pour prendre la route la nuit dans les meilleures conditions !

photo-conduite-nuit.png

Pourquoi faut-il faire attention pour conduire la nuit ?

La nuit, les conditions difficiles sur la route multiplient le risque d’accident mortel par sept par rapport à la conduite de jour.

Manque de lumière et de vigilance sur la route

La nuit, le manque de luminosité est l’un des premiers facteurs de risque. Le champ visuel du conducteur est restreint par l’obscurité et le sens du relief est perturbé. La vision nocturne est très limitée et les obstacles deviennent difficilement repérables, surtout en cas de conditions météo défavorables (pluie, neige, etc.).

Par ailleurs, si en ville l’éclairage public peut pallier l’absence de luminosité, hors agglomération, le réseau routier est souvent très mal éclairé. Ce qui oblige le conducteur à redoubler de vigilance.

Sans oublier le danger que représente l’éblouissement des phares des automobilistes qui roulent en contresens. Mais aussi les excès de vitesse qui sont plus fréquents, ainsi que la consommation d’alcool ou de stupéfiants.

Déjà 2 millions d'élèves accompagnés

Rejoignez la communauté !

Déjà 1 million d'élèves accompagés Rejoignez la communauté !.png

Risque de fatigue et de somnolence

photo-somnolence-fatigue-au-volant.png

La conduite de nuit est aussi souvent synonyme de fatigue et de somnolence. Picotement des yeux, raidissement de la nuque, douleurs dans le dos et le regard qui se fixe. Nul doute, les signes annonciateurs de la fatigue sont là. Malheureusement quelques secondes de somnolence au volant suffisent pour provoquer un grave accident de la route. Pour cause : un conducteur en état de somnolence multiplie les risques d’accident par 3 ou 4 dans la demi-heure qui suit s’il ne s’arrête pas faire une pause.

77,8% de réussite au code

Contre 56,6% de moyenne nationale

82,1% de réussite au code Contre 50,2% de moyenne nationale.png

Appréhension et peur de la conduite de nuit

L’ensemble des situations précédentes peut engendrer du stress et de l’appréhension qui vont à leur tour accentuer les risques de sinistres. La peur de la conduite de nuit peut alors s’installer, surtout chez les jeunes conducteurs qui n’ont pas appris à conduire de nuit pendant leur apprentissage.

Nos 6 conseils pour prendre la route de nuit !

Mais que tous les automobilistes se rassurent, avec un peu d’entraînement et ces quelques conseils, la conduite de nuit va très vite devenir une vraie partie de plaisir !

Photo-route-nuit.png

Se reposer avant de prendre la route la nuit

C’est bien sûr le conseil n° 1 pour une conduite en toute sécurité la nuit. Évitez de conduire la nuit après une longue journée de travail. Si vous ne pouvez pas repousser votre départ, faites une petite sieste avant de prendre le volant.

Aux premiers signes d’endormissement, faites une pause de 20 minutes. La nuit, comme le jour, pensez aussi à faire une pause toutes les deux heures.

Adapter sa vitesse à la route

La nuit, le trafic routier est souvent très léger, voire inexistant. De nombreux automobilistes sont alors tentés de dépasser les limitations de vitesse autorisées. Non seulement c’est une conduite dangereuse, car le conducteur augmente le risque d’accident, sans parler de l’amende pour excès de vitesse, mais le temps de réaction est aussi beaucoup plus long la nuit. Mieux vaut adapter sa conduite et réduire sa vitesse, même en deçà des limites autorisées.

Changer de feux selon les situations

L’éblouissement des phares des voitures croisées en sens inverse présente un réel danger. Pensez à passer en feux de croisement pour ne pas éblouir les autres usagers de la route. Les feux de voiture ou pleins phares sont à utiliser uniquement lorsque vous circulez sur des routes mal éclairées et que vous êtes seul sur les voies.

Pour éviter d’être ébloui par les feux de route des autres voitures, ne fixez surtout pas leurs phares. Il est préférable de déporter votre regard sur le bas-côté droit de la route quelques secondes.

Anticiper les obstacles et les autres conducteurs

La conduite nocturne demande une plus grande vigilance, car de nombreux obstacles peuvent passer inaperçus comme des débris au niveau du sol. Gardez un œil attentif sur tout ce qui vous entoure, y compris les autres conducteurs, mais aussi les animaux qui ont tendance à se déplacer plutôt la nuit.

Respecter les distances de sécurité

Quand on circule de nuit, les distances de sécurité sont plus difficiles à évaluer. Pour diminuer les risques de collision, il est préférable d’augmenter la distance de sécurité qui vous sépare des autres véhicules. Si vous avez du mal à visualiser les lignes blanches, comptez 3 secondes entre vous et la voiture qui vous précède.

Annuler son trajet avec des conditions difficiles

Rouler par temps de pluie rend la conduite de nuit difficile, voire dangereuse. En cas de fortes pluies, reportez votre trajet si vous le pouvez. De même, si la pluie vous surprend en pleine conduite, arrêtez-vous en lieu sûr en attendant que le temps redevienne plus clément.

Qu’en est-il des accidents de la route la nuit ?

photo-accident-nuit.png

La nuit, le danger sur les routes est bien réel. D’après le dernier bilan de l’Observatoire national interministériel de la Sécurité routière de 2022, la fatigue et la somnolence étaient présentes dans 9 % des accidents mortels sur autoroute.

Toujours d’après la Sécurité routière, il existe des heures à fort risque d’endormissement pendant lesquelles les risques d’accidents routiers sont multipliés par sept. La nuit, la plage horaire concernée est de 2 h à 5 h du matin (de 13 h à 15 h en journée).

La FAQ de la conduite la nuit :

  • Comment ne plus avoir peur de conduire la nuit ?

    Pour ne plus avoir peur de prendre le volant la nuit, la meilleure solution reste la pratique. Si besoin, demandez à un proche de vous accompagner les premiers temps. Lorsque vous aurez pris suffisamment confiance en vous, la conduite de nuit ne vous posera plus de problèmes !

  • Faut-il des lunettes adaptées pour conduire de nuit ?

    Si vous redoutez les risques d’éblouissement, vous pouvez effectivement porter des lunettes de vision nocturne. Ces lunettes de nuit sont facilement reconnaissables à leurs verres légèrement jaunis qui permettent de filtrer une grande partie de la lumière bleue émise par les phares des autres véhicules. De plus, ces lunettes sont aussi parfaites pour réduire la fatigue oculaire. Alors, ne vous en privez pas !