Code de la route et piétons : quelle est la réglementation ?

Les piétons sont définis par le code de la route comme des usagers vulnérables et sont soumis aux règles de partage de la chaussée. Quels sont leurs droits et leurs obligations ? Focus sur les règles du code de la route s’appliquant aux piétons.

Comment est défini le piéton par le code de la route ?

Selon l’article R412-34, le concept de « piéton » rassemble toutes les personnes se déplaçant à pied dans un espace partagé et celles qui lui sont assimilables par leurs caractéristiques, notamment une grande fragilité en cas de collision. Il s’agit des usagers vulnérables suivants :

  • les personnes porteuses de handicap, au déplacement autonome dans un fauteuil roulant et circulant au pas ;
  • les personnes poussant une voiture d’enfant ou un fauteuil roulant ;
  • les personnes qui se déplacent via un véhicule individuel (rollers, trottinette, skate, etc.) ou un EDPM (Engin de Déplacement Personnel Motorisé : trottinette électrique, gyroroue, gyropode, hoverboard, etc.). L’usage de ces derniers sur le trottoir doit être autorisé par la mairie et se limiter à une vitesse de 6 km/h ;
  • les jeunes enfants (moins de huit ans) se déplaçant à vélo sur les trottoirs ;
  • les personnes poussant à la main un cyclomoteur ou une bicyclette.
photo-fc-trottinettes-electriques.jpg
Bon à savoir

Les personnes en véhicule individuel et les jeunes enfants sont tolérés sur le trottoir, mais ne doivent pas rouler à plus de 6 km/h et ne pas gêner les autres piétons.

Quelles sont les obligations et les règles du code pour les piétons ?

Le code de la route formalise les obligations des piétons, qui ne doivent ni gêner la circulation ni se mettre en danger et provoquer des accidents avec les autres usagers.

A savoir

Le code de la rue, formalisé par le décret n° 2008-754 du 30 juillet 2008, met à jour certains articles du code de la route. Encadrant le partage de la voie publique en prenant en compte la vulnérabilité de certains usagers, il est à l’origine de la création de nouveaux espaces de circulation réglementés.

77,8% de réussite au code

Contre 56,6% de moyenne nationale

82,1% de réussite au code Contre 50,2% de moyenne nationale.png

Obligation de circuler sur les zones réservées aux piétons

Les piétons doivent circuler dans les zones qui leur sont dédiées, en agglomération ou en dehors, comme les trottoirs, les aires piétonnes et les accotements. Comme les automobilistes, ils peuvent s’appuyer sur la signalisation suivante :

  • signalisation verticale : un panneau à fond bleu d’obligation représentant un adulte ou un adulte et un enfant correspond à un panneau de chemin obligatoire pour piétons;
  • signalisation horizontale : un marquage au sol (le plus souvent à l’entrée des zones piétonnes ou des zones vertes).

S’il n’existe ni zone de circulation ni signalisation, comme fréquemment hors agglomération, les piétons doivent circuler sur le côté gauche de la chaussée dans le sens de leur marche.

Dans les zones dangereuses comme les routes sinueuses, les croisements difficiles ou les tunnels, les piétons, mais aussi les cyclistes, doivent redoubler de vigilance. L’absence de visibilité des conducteurs augmente considérablement le risque d’accident avec les autres usagers.

1488qA.jpg

Emprunter uniquement les passages piétons pour traverser

Afin de maintenir la fluidité de la circulation (obligation pour le conducteur de céder le passage au piéton) et de garantir sa sécurité, cet usager vulnérable doit impérativement traverser la chaussée sur les passages dédiés et les utiliser systématiquement dès lors qu’ils se trouvent à moins de 50 m.

Ceux-ci sont notamment signalés par de larges et longs traits blancs traversant d’un trottoir à l’autre. En zone de grande circulation, des feux tricolores régulent les temps d’attente et de traversée.

A savoir

Ne pas respecter les règles de circulation constitue une infraction et expose le piéton à une amende de première classe.

Déjà 2 millions d'élèves accompagnés

Rejoignez la communauté !

Déjà 1 million d'élèves accompagés Rejoignez la communauté !.png

Quel comportement le conducteur doit-il adopter sur la route en présence de piétons ?

Pour un conducteur, le piéton reste toujours prioritaire. Afin de garantir la sécurité de cet usager vulnérable, l’automobiliste doit tenir compte à la fois de ses déplacements et de ses intentions manifestes de déplacement. Dans ce cadre, il s’agit véritablement de vigilance, les piétons se caractérisant notamment par :

  • des réactions parfois vives et imprévisibles, notamment des enfants et des véhicules individuels ;
  • une visibilité souvent tardive, « de dernière minute » parce qu’ils étaient masqués par la présence de véhicules garés ;
  • une médiocre visibilité de nuit, piétons en agglomération se signalant rarement par un élément fluorescent.
00414qA.jpg

Ralentir ou s’arrêter en cas de doute

Le conducteur doit anticiper tout risque de collision, notamment en zone urbaine où la visibilité peut s’avérer extrêmement réduite. Il doit donc systématiquement ralentir ou s’arrêter s’il a une incertitude quant à l’intention du piéton.

Avec nous, le code c'est gratuit

Mais pas au rabais

Avec nous, le code c'est gratuit Mais pas au rabais.png

Laisser la priorité absolue au passage piéton

Les piétons sont des usagers prioritaires sur les passages piétons qui leur sont réservés, sauf si un agent ou les feux tricolores ordonnent l’inverse. L’article R412-35 de la réglementation routière stipule même qu’en l’absence de passage réservé, ils sont autorisés à franchir la voie en faisant preuve de vigilance. Le non-respect de cette règle par les conducteurs est une infraction correspondant à un refus de priorité. Les sanctions correspondent à un contravention de 4e classe :

  • une amende forfaitaire de 135 € ;
  • un retrait de 6 points de permis ;
  • une suspension de permis.
A savoir

Si malheureusement un conducteur entre en collision avec un piéton traversant au bonhomme rouge sur un passage piéton équipé de feux, il peut voir sa responsabilité pénale engagée pour manque d’anticipation et/ou non-maîtrise de son véhicule.

Révisez le code gratuitement !

Vous aimez quand c'est gratuit ? Nous aussi !

Vous aimez quand c'est gratuit _ Nous aussi Révisez le code gratuitement !.png

Respecter les distances latérales de sécurité

Comme pour les cyclistes, le dépassement des piétons se fait en respectant une distance latérale de sécurité. Celle-ci correspond à :

  • 1 mètre en agglomération ;
  • 1,50 m hors agglomération.
Bon à savoir

Ces distances de sécurité sont valables avec d’autres usagers de la route tels que les cyclistes et les deux-roues. Les règles de dépassement de l’automobiliste sont strictement encadrées par la loi. Elles sont là pour éviter un accident et assurer la sécurité des usagers. Les conducteurs qui ne respectent pas ces distances commettent une infraction passible d’une contravention de 4e classe qui peut aller jusqu’à la suspension du permis de conduire.

Responsabilité de l’automobiliste en cas d’accident avec un piéton

Dans le cadre du partage social de la route avec les piétons, ceux-ci, s’avérant les plus vulnérables, restent favorisés par le code. Ainsi, même si le piéton ne respecte pas les règles du code de la route le concernant, il est toujours d’abord considéré comme victime et le conducteur comme responsable.

0063cD.jpg

Dommages corporels au piéton

Donc, en cas d’accident, la loi Badinter de 1985 prévoit l’indemnisation systématique et totale des dommages corporels du piéton par l’assureur du conducteur. Les exceptions à la règle restent rares et liées à la faute inexcusable du piéton :

  • le dommage volontaire par le piéton (attitude suicidaire) ;
  • avoir franchi les barrières de zones strictement réservées aux véhicules (autoroutes, voies rapides) ;
  • l’état d’ivresse (mais faute grave pas toujours appliquée).
A savoir

La faute inexcusable n’est jamais retenue pour les personnes de moins de 16 ans, de plus de 70 ans ou porteuses d’un handicap à plus de 80 %.

Dommages matériels au véhicule par un piéton

Dans un accident de la route l’impliquant, le piéton peut s’avérer responsable de dommages matériels au véhicule. Les frais occasionnés sont couverts par son assurance responsabilité civile.

Attention

la réglementation routière stipule que les conducteurs doivent être en état de conduire pour circuler (valable aussi pour les cyclistes). En cas d’accident impliquant ou non d’autres usagers, et particulièrement des piétons, les sanctions sont lourdes : amende, retrait de point du permis, suspension, etc.

Les chiffres concernant les piétons et la route

La vulnérabilité des piétons et assimilés tient en grande partie au fait qu’ils ne sont pas (ou peu) équipés de protections. Ainsi, les accidents s’avèrent souvent graves ou mortels en cas de collision avec un véhicule se déplaçant à plus ou moins grande vitesse. Chaque année, environ 500 piétons perdent la vie et 4 000 sont blessés après une collision avec un autre usager. Cela se passe généralement en agglomération.

Les usagers les plus vulnérables restent les personnes de plus de 75 ans (36 % des décès de piétons, mais groupe d’âge constituant moins de 25 % de la population). Les mois pluvieux, courts et gris de novembre à mars réduisant le champ visuel des conducteurs, restent les plus meurtriers. L’absence de visibilité des conducteurs explique en grande partie l’augmentation du risque d’accident. La fatigue hivernale de l’automobiliste est aussi un facteur de risque. À cette période, tous les usagers de la route doivent redoubler de vigilance.

Vous êtes ou serez bientôt automobiliste, restez solidaire du piéton qui vous regarde dans le miroir ! D’autant plus que vous avez ou vous allez signer la charte du conducteur responsable qui vous engage à respecter la réglementation des conducteurs et qui vous rappelle les sanctions en cas d’accident. Alors, prudence et vigilance ! 👍 !

1346qA.jpg

FAQ

  • Est-ce que les piétons sont toujours prioritaires ?

    Oui, les piétons conservent toujours la priorité parce qu’ils restent beaucoup plus vulnérables que les autres usagers.

  • Quand le piéton est-il en tort ?

    Le piéton risque une amende lorsqu’il traverse une voie en dehors des passages pour piétons et lorsqu’il circule sur des espaces interdits (autoroute et voie rapide).

  • Comment circuler à pied sur la route ?

    S’il n’existe pas d’accotement ou d’espace réservé aux piétons, celui-ci circule sur le bord du côté gauche de la voie (regardant les véhicules arriver).

  • Où marcher sur une route sans trottoir ?

    S’il n’y a pas de trottoir, le piéton circule au cas échéant sur l’accotement ou sinon tout au bord du côté gauche de la voie (regardant les véhicules arriver).