L'entretien du véhicule ; le carnet d'entretien

1. La fréquence des révisions

Les concepteurs de chaque modèle de voiture, associé à chaque moteur, ont défini un programme d'entretien à réaliser pour que la voiture puisse circuler le plus longtemps possible de façon fiable, sans coûter trop cher, sans être dangereuse et sans polluer excessivement.

Ce programme, prévu pour une utilisation "normale" de la voiture, préconise des remplacements et des contrôles à certaines fréquences (distance parcourue et/ou durée d'utilisation). Mais si la voiture circule dans des conditions sévères (ville exclusivement, trajets courts, milieux poussiéreux, froid...), la fréquence de ces révisions doit être rapprochée.

2. Le carnet d'entretien

Dans le carnet d'entretien de ma voiture, je peux généralement trouver un tableau qui récapitule les opérations à réaliser. Il mentionne notamment le remplacement de l'huile (vidange) et le remplacement du filtre à huile (systématique). Ces 2 opérations sont celles qui reviennent le plus souvent.

Il mentionne ensuite d'autres opérations en y associant une fréquence de remplacement plus longue (le liquide de frein et le liquide de refroidissement ; tous les 2 à 4 ans, le filtre à air, le filtre d'habitacle, selon l'état) et la vérification de l'état de certains organes qui dépendent essentiellement de la conduite (usure des pneus, des plaquettes de frein).

Enfin, il préconise le remplacement de pièces d'usure sur le long terme (la courroie de distribution, qui peut tenir 5 à 10 ans ou 120 000 à 200 000 km selon les modèles). Cette courroie est l'exemple type de l'opération à ne pas négliger. Si elle n'est pas remplacée à temps, sa rupture peut entraîner la destruction totale et instantanée du moteur !

Dans le carnet, se trouve également un espace à renseigner lors de chaque révision. Ainsi, le suivi est plus facile : je peux vérifier facilement tout ce qui a été fait, et quand cela a été fait (date et kilométrage).

3. L'incident isolé ; la panne

Si un voyant signale une anomalie ou que je détecte un dysfonctionnement (bruit, odeur, comportement anormal...), je montre ma voiture à un spécialiste sans tarder. Cela peut m'éviter :
- du stress, une perte de confiance en ma voiture,
- une panne immobilisante au cours d'un trajet,
- des frais importants si le défaut s'aggrave ou provoque d'autres dégradations,
- de me mettre en danger ou de mettre en danger un autre usager.

4. Les seules révisions ne suffisent pas !

Entre chaque révision, les conducteurs qui utilisent le véhicule ont leur part d'entretien ou de surveillance à faire. Avant chaque départ , ils vérifient au moins :
- l'absence de fuite
- la bonne pression apparente des pneus et leur bon état,
- le bon fonctionnement du moteur, des accessoires, qu'aucun voyant indiquant une défaillance ne s'allume,
- ...

Régulièrement (au minimum une fois par mois), vérifier :
- les niveaux, et faire le complément de lave-glaces,
- le fonctionnement des feux,
- l'état et la pression exacte des pneus,
- le bon état des essuie-glaces.

5. Bon entretien = véhicule facile à revendre

Une voiture bien entretenue (propre à l'intérieur comme à l'extérieur), dont le suivi de l'entretien peut être consulté (sur le carnet d'entretien et/ou avec toutes les factures) est plus facile à revendre et son prix est moins sujet à négociation.

Or le prix de revente est important dans le budget d'utilisation de la voiture : si je dois la brader (à cause de son entretien négligé), la "perte" augmente d'autant son coût d'utilisation.