Précautions en abordant une intersection

1. L'accidentologie aux intersections

La plupart des intersections ont un ordre de passage bien défini. Pourtant il y a des accidents qui peuvent être graves. Comment l'expliquer ?

Les témoignages des personnes impliquées montrent souvent les mêmes facteurs :
- la personne qui devait céder le passage a mal compris l'intersection, n'a pas suffisamment regardé ou a mal estimé la vitesse de l'usager à qui elle devait céder le passage,
- la personne "prioritaire" (ou qui avait un feu vert) se sentait en sécurité et n'a pas ralenti en abordant l'intersection.

On se rend compte par ailleurs que le conducteur "prioritaire" klaxonne lorsque la situation devient critique, mais qu'il n'agit pas suffisamment pour éviter l'accident : peu voire aucun freinage ; idem pour ce qui est de faire un écart (lorsque c'est possible). Comme si ce conducteur "acceptait" d'avoir l'accident sous prétexte qu'il n'avait normalement pas à céder le passage...

Or un simple coup de klaxon n'évite pas tous les accidents.

2. Avant d'aborder une intersection

Si des panneaux de priorité sont mis en place, je les analyse :
- Dois-je céder le passage et à qui ?
- A quelle distance se trouve l'intersection ?
- Comment est la visibilité ?
- Y a-t-il des usagers dans ou proche de cette intersection ?
- Y a-t-il un danger prévisible ?
- Ma vitesse est-elle adaptée ?

3. Si je dois céder le passage

En premier, je prends en compte la circulation derrière moi en regardant dans le rétroviseur central :
- Est-ce qu'un usager me suit ?
- Est-il proche ?
- S'il est éloigné, va-t-il plus vite que moi ?
- Est-il attentif ? (Est-il au téléphone ?...)

Selon ce que je verrai, je freinerai plus ou moins fort, plus ou moins tôt. Si je sens un danger derrière moi, je peux appuyer légèrement sur la pédale de frein avant de freiner réellement. Cela attirera l'attention du conducteur qui me suit en allumant les feux STOP.

Puis je prends en compte la règle :
- si j'approche d'un feu rouge ou d'un STOP, je me concentre sur ma zone d'arrêt. Il est inutile d'estimer la circulation sur l'axe prioritaire. Si je regarde trop tôt, je risque tout simplement d'oublier de m'arrêter au STOP,
- si un CÉDEZ-LE-PASSAGE est annoncé, je dois être prêt à m'arrêter. Mais si la visibilité est bonne, je peux commencer à prendre en compte la circulation sur l'axe prioritaire. Si je n'ai pas à céder le passage, l'arrêt n'est pas obligatoire.

4. La nuit

Pour m'engager, je dois prendre en compte à la fois la distance à laquelle se trouverait un usager à qui je devrais céder le passage, mais aussi à quelle vitesse il approche. Or, cette double estimation est difficile, surtout pour un conducteur débutant.

Attention de revérifier une dernière fois de chaque côté avant de m'engager.

5. Si je n'ai pas à céder le passage

Si je n'ai pas à céder le passage à une intersection, je ne la franchis pas comme si de rien n'était. Les risques sont bien réels. Je ne suis pas à l'abri d'une erreur de la part d'un autre usager ! Un feu ou une ligne de STOP ne protègent pas des accidents.

Un accident alors que je suis "prioritaire" peut m'être fatal comme n'importe quel autre.

6. Feu vert

Si j'approche d'un feu vert, j'adapte ma vitesse pour être prêt à m'arrêter si le feu change de couleur, ou si un usager survient alors qu'il aurait dû s'arrêter (erreur de sa part, ou conducteur "pressé" qui le fait intentionnellement. Attention aussi aux véhicules prioritaires...).
Pour cela, je dois déjà avoir pris en compte les usagers qui pourraient me suivre...

Je suis particulièrement vigilant lorsque je franchis une intersection alors que le feu vient juste de passer au vert. Cela signifie que les feux rouges sont allumés depuis peu de temps sur l'autre axe ; la probabilité qu'un usager ne s'arrête pas est alors plus grande.

7. Contrôle à une intersection

A une intersection où les autres usagers doivent me céder le passage (s'ils rencontrent un STOP par exemple) :
- je vérifie là encore que je ne suis pas suivi de trop près,
- je ralentis, d'autant plus si la visibilité est masquée ou qu'il y a un usager qui arrive ou qui attend,
- je vérifie que l'usager qui arrive ou qui attend regarde dans ma direction,
- je mets le pied au-dessus de la pédale de frein (sans freiner) pour réduire mon temps de réaction (et donc la distance parcourue pendant ce temps),
- je prends en compte toute action des autres usagers (s'ils avancent).

8. Toujours vigilant

Même si je n'ai pas à céder le passage, je regarde des 2 côtés en franchissant l'intersection (en commençant par le côté gauche). Si je bouge la tête pour voir sur les côtés, je verrai mieux un danger éventuel et je réagirai plus vite que si je ne fais que bouger les yeux.

9. Règles d’engagement

Je ne m'engage pas dans une intersection si je risque d'y être immobilisé, même si mon feu est vert. Je m'arrête avant l'intersection en voyant le feu (au cas où il changerait de couleur). Dans les mêmes conditions, je ne m'arrête pas non plus sur un passage pour piétons.

La règle est la même à hauteur d'une voie ferrée.

10. En cas d'accident

Je peux être tenu pour responsable (ou partiellement responsable) si je suis impliqué dans un accident grave alors que je n'avais normalement pas à céder le passage :
- si j'ai manifestement forcé le passage (on parle d'abus de priorité),
- si je n'ai pas fait preuve de prudence (ralentir suffisamment par exemple).