Feux tricolores

1. Au feu vert

Un feu vert autorise à passer, avec prudence. Mais je dois être prêt à m'arrêter :
- au cas où le feu changerait de couleur,
- au cas où un véhicule prioritaire arriverait de la gauche ou de la droite,
- au cas où un usager s'engagerait dans l'intersection malgré un feu qui lui impose l'arrêt (non vu),
- au cas où un usager arrivant en face (dont le feu est vert), tournerait sur sa gauche en me coupant la route (alors qu'il devrait me laisser passer).

Pour cela, lorsque que le feu est encore vert :
- je surveille derrière pour voir si je ne suis pas suivi de trop près,
- j'adopte une vitesse qui me permet de m'arrêter rapidement si le feu change de couleur,
- j'adapte mon allure à la visibilité de l'intersection et à la présence éventuelle d'autres usagers,
- je franchis l'intersection en surveillant à gauche puis à droite.

2. Au feu jaune (aussi appelé "orange")

Le feu jaune fixe impose l'arrêt, sauf si celui-ci est impossible ou risqué (si je suis trop près du feu et qu'un usager me suit de près par exemple).

Je peux être verbalisé si je franchis un feu jaune alors que l'arrêt était manifestement possible et sans danger.

La durée du feu jaune est de 3 secondes lorsque la vitesse est limitée à 50 km/h, et de 5 secondes si la limitation de vitesse est supérieure. Dans tous les cas, j'ai le temps de m'arrêter sans freiner brusquement ou de passer avant le feu rouge si je suis trop près. A moins que je sois arrivé trop vite...

3. Au feu rouge

Au feu rouge, je dois m'arrêter. En coupant le moteur de ma voiture, j'économise du carburant, elle ne rejette plus de gaz polluants et participe à la réduction du bruit.

Lorsque le feu repasse au vert, je ne me précipite pas pour redémarrer. Le feu des autres usagers est au rouge depuis peu de temps, il y a un risque que l'un d'eux ne se soit pas arrêté ou qu'il n'ait pas vu son feu changer de couleur. Je redémarre tranquillement, en surveillant des 2 côtés.

Si je suis verbalisé pour le non-respect d'un feu rouge, je risque une amende et le retrait de 4 points sur mon permis de conduire.

4. Au feu jaune clignotant en bas (à la place du feu vert)

Un feu jaune clignotant en bas (à la place du feu vert) n'est pas en panne.

Je peux passer, comme chaque fois que je rencontre un feu jaune clignotant, mais il ne me donne aucune priorité. Je dois céder le passage. Je dois donc ralentir pour cette raison, mais aussi pour être prêt à m'arrêter si le feu me l'impose (il peut passer au jaune fixe au milieu puis au rouge).

Ce type de feu est mis en place dans les endroits particulièrement dangereux : intersections souvent encombrées, à proximité des passages pour piétons sans intersection, carrefours complexes, zones de travaux.

5. Les feux piétons

Si mon feu est vert, le feu des piétons qui traversent la route sur laquelle je circule est obligatoirement au rouge.

En revanche, si je change de direction, je dois m'attendre à rencontrer des piétons qui ont un feu vert. Je me prépare à leur céder le passage si je tourne à gauche ou à droite.

6. Les feux en forme de flèches

Un feu en forme de flèche me donne l'autorisation de passer à condition d'aller dans la direction qu'elle indique.

Normalement, si je tourne à gauche et que la flèche qui tourne à gauche est verte, les usagers arrivant en face rencontrent un feu rouge.

7. Les feux concernant certains usagers uniquement

Certains feux ont la forme d'un usager (un vélo par exemple) ou comportent une inscription ("BUS"). Quelle que soit leur couleur, je n'ai pas à en tenir compte si je suis automobiliste.

8. Les feux rouges en forme de croix

A l'opposé de l'intersection, il arrive que le feu soit équipé d'un feu rouge en forme de croix.

Il m'informe que les usagers arrivant en face rencontrent un feu rouge. Ce qui est pratique lorsque je tourne à gauche. Sinon, je devrais leur céder le passage.

9. Les feux en panne

Si un feu est jaune clignotant au milieu ou ne fonctionne pas, c'est qu'il est en panne. Dans ce cas, tous les feux de l'intersection sont mis dans le même état.

Si aucun panneau de priorité n'est installé sur le support du feu, c'est la priorité à droite qui s'applique.

Si le support du feu comporte un panneau de priorité, c'est ce panneau que je dois prendre en compte.

Lorsque les feux tricolores fonctionnent, je ne tiens pas compte de ces panneaux.

10. Les flèches additionnelles clignotantes

Une flèche jaune clignotante supplémentaire peut autoriser les usagers à passer malgré le feu rouge, à condition qu'ils aillent dans la direction indiquée par la flèche.

Attention : cette flèche ne donne aucune priorité : je devrai céder le passage à tous les usagers, piétons compris.

11. Où s'arrêter

Si le feu est jaune ou rouge, je m'arrête à l'aplomb du feu (à son niveau). Si je m'arrête trop loin, le feu risque de rester rouge indéfiniment : certains feux comportent un capteur qui bloque le feu au rouge tant qu'aucun véhicule n'est détecté. Ainsi, l'autre axe reste au vert, fluidifiant la circulation.

S'il y a un passage pour piétons, une ligne d'effet (une petite ligne pointillée qui traverse ma voie) ou un sas pour cyclistes, je m'arrête juste avant ces aménagements. Quelle que soit la direction dans laquelle je vais, et même si aucun autre usager ne l'utilise.

12. Les radars de feu

En principe, et pour l'instant, les radars installés aux feux tricolores ne verbalisent ni la vitesse, ni les intervalles de sécurité.

Ils ne verbalisent que les conducteurs qui franchissent le feu rouge. Si un véhicule franchit le feu rouge, et seulement le feu rouge, 2 photos sont prises pour vérifier qu'il est bien en mouvement, et le propriétaire de la voiture reçoit chez lui, quelques jours plus tard, l'avis de contravention.

Attention : avant de s'engager dans une intersection, je dois être certain que je ne vais pas y rester bloqué. A un feu, le risque est de continuer d'avancer dans l'intersection alors que mon feu, que je ne vois plus puisqu'il est derrière moi, est repassé au rouge. Dans ce cas, je serai verbalisé par le radar de feu.