Les pneus

1. Le rôle des pneus

Les pneus sont les seules surfaces de contact entre la voiture et la route. Lorsqu'ils sont neuf, la profondeur des sculptures (les dessins destinés à évacuer l'eau) est d'environ de 8 millimètres. Parfois plus lorsqu'il s'agit de pneus "HIVER".

2. Le montage

Chaque voiture est prévue pour recevoir un nombre limité de dimensions de pneus. Je dois me référer au manuel du constructeur pour vérifier les dimensions autorisées ainsi que toutes les autres caractéristiques (le poids admissible, l'indice de vitesse...).

Sur un même essieu (par exemple l'essieu avant, composé des 2 roues avant), les pneus doivent être de mêmes marques et présenter les mêmes caractéristiques (mêmes sculptures, usure proche : la différence ne doit pas excéder 5 mm).

3. L'état apparent

Avant chaque départ, je fais le tour de ma voiture pour vérifier l'absence de défaut visible sur l'un des pneus. Je recherche :
- un défaut sur le flanc des pneus : une entaille ou une hernie (une bosse) ou des craquelures,
- un objet enfoncé dans les sculptures, un clou ou une vis par exemple, qui risquent de faire baisser la pression. (Attention dans ce cas : je ne l'enlève pas, je remplace la roue),
- une usure prononcée ou irrégulière de la bande de roulement (des sculptures),
- un affaissement d'un pneu, synonyme d'une pression très insuffisante.

Si la roue de secours est accessible, je n'oublie pas de la vérifier également. Une roue de secours dégonflée a peu d'intérêt...

4. L'usure des sculptures, les témoins d'usure

Les sculptures doivent avoir une profondeur d'au moins 1,6 mm. En dessous de cette valeur, l'eau risque de ne plus être évacuée correctement, surtout à vitesse élevée. Elle soulève alors la roue et l'adhérence devient quasi nulle : c'est le phénomène d'aquaplaning. Le conducteur perd le contrôle de la voiture.

Les témoins d'usure sont visibles au fond des sculptures principales : ils forment un petit bourrelet de caoutchouc qui mesure exactement 1,6 mm. Des repères sont placés sur les flancs des pneus au niveau de ces témoins. Il peut s'agir d'un triangle, de l'indication "TWI" ou du logo du fabricant (selon la marque).

Si les sculptures arrivent au niveau de ces témoins, il est largement temps de les remplacer. Les 2 pneus d'un même essieu se remplacent généralement en même temps. Même si l'un d'eux est moins usé que l'autre.

Les sculptures s'usent au fil du temps, plus ou moins vite selon le style de conduite. Une conduite nerveuse, rapide, avec peu d'anticipation est très gourmande en pneus.

5. La pression

La pression doit être contrôlée de préférence à froid. Je dois utiliser un appareil équipé d'un manomètre qui me donne la pression en bars.

Je vérifie la pression de gonflage des 4 roues sans oublier la roue de secours si mon véhicule en est équipé. Elle doit être conforme à l'étiquette de gonflage qui peut se trouver dans la portière conducteur ou dans la trappe de carburant. Si je ne la vois pas, je suis sûr de la trouver dans le manuel d'utilisation de la voiture.

Si ma voiture était stationnée en plein soleil, ou si je dois parcourir plus de 3 km avant d'arriver à la station de gonflage, j'ajoute 200 grammes à la pression recommandée.

Quelles que soient les conditions, je ne dois JAMAIS gonfler les pneus de ma voiture à une pression inférieure à celle prévue pour le constructeur (même en cas de pluie, neige, verglas).

6. Les dangers du sous-gonflage

Le sous-gonflage d'un seul pneu peut rendre la conduite dangereuse. A chaque tour de roue, un pneu mal gonflé s'écrase sous le poids de la voiture. Cette déformation provoque un échauffement qui peut entraîner son éclatement. Surtout si la voiture est chargée et que l'allure est soutenue.

Même sans aller jusque-là, un pneu insuffisamment gonflé s'use plus vite et de façon irrégulière. Il nuit aussi au freinage et à la tenue de route.

A l'inverse, un pneu trop gonflé a peu de risque d'éclater. Mais il s'use aussi plus rapidement, a moins d'adhérence et nuit au confort des passagers.

Attention : un pneu n'est jamais totalement étanche, c'est pourquoi sa pression doit être vérifiée tous les mois.

7. Le témoin de surveillance de la pression

La plupart des véhicules récents est équipée d'un système qui détecte un sous-gonflage, mais :
- certains systèmes ne sont pas totalement fiables (ils ne se déclenchent pas si la pression baisse simultanément sur les 2 pneus d'un même essieu),
- ils s'activent lorsque la pression a déjà baissé sensiblement.

Je dois donc vérifier la pression régulièrement même si ma voiture est équipée de ce dispositif.

8. La conduite chargée et/ou sur l'autoroute

Pour conduire avec une voiture lourdement chargée ou pour faire un long trajet sur autoroute, le constructeur recommande généralement de surgonfler les pneus d'environ 300 grammes par rapport à la pression prévue pour circuler dans des conditions normales. Cela augmente la résistance des pneus à l'éclatement et à l'usure. Pour en être sûr, je consulte l'étiquette de gonflage de ma voiture (ou la notice du constructeur).

9. Le défaut de parallélisme, les vibrations dans le volant

Si le volant de ma voiture vibre aux alentours de 110/130 km/h (pas avant d'avoir atteint cette vitesse et pas après non plus), c'est qu'une de mes roues avant a un problème d'équilibrage. Une des masses fixées à la roue a dû se retirer. Ce n'est pas très dangereux, mais je fais contrôler ma voiture assez rapidement.

Si ma voiture a tendance à partir à droite ou à gauche sans que je tourne le volant, c'est qu'il y a un problème de parallélisme. Les roues avant ne sont pas toutes les 2 dans l'axe de la route. Ce défaut est invisible à l'oeil nu, mais si je ne fais rien, mes pneus vont s'user rapidement et de façon irrégulière. Là encore, je fais vérifier ma voiture par un garage.

10. Des pneus de bonne qualité : une nécessité

Les pneus de bonne qualité sont un peu plus chers que des pneus bas de gamme. Mais ils sont aussi plus efficaces, offrent une meilleure tenue de route, un meilleur freinage, et permettent de consommer moins de carburant. D'autre part, ils durent généralement plus longtemps. Le léger surcoût à l'achat est donc toujours rentabilisé.

Si je dois remplacer les pneus de ma voiture, je me fie à l'étiquette qui accompagne obligatoirement des pneus neufs. Celle-ci indique 3 critères : leur adhérence sur sol mouillé, leur incidence sur la consommation de carburant, et le bruit qu'ils génèrent. Des bons pneus obtiennent des notes proches de A sur les 2 premiers critères.

Lorsque j'achète un véhicule d'occasion, je vérifie que les pneus sont de bonne qualité, d'une marque reconnue et qu'ils sont tous en bon état. Sinon, je devrai envisager de les remplacer rapidement, ce qui pourrait me coûter 400 à 1 000 € pour les 4 !