Les effets de la vitesse (virages, freinages, chocs…)

1. Les effets de la vitesse

La vitesse joue un rôle :
- lors des freinages (allongement des distances),
- dans les virages (risques de sortie de route),
- en cas de choc (violence de l'impact),
- sur le conducteur (difficulté à analyser les informations, apparition de la fatigue),
- sur le véhicule (consommation, usure).

2. Le coefficient entre vitesse et conséquences

A 50 km/h, je parcours environ 15 m par seconde. A 100 km/h, j'en parcours 30, soit le double. Mais lorsque la vitesse double, certains effets ne sont pas multipliés par 2, mais par 4 ! On dit que certains effets sont proportionnels au carré de la vitesse.

Pourquoi ?
Parce que les effets de la vitesse dépendent de l'énergie emmagasinée ; l'énergie CINÉTIQUE. Or, l'énergie cinétique, sa formule, c'est : 1/2m X v².
m, c'est la masse ; v, c'est la vitesse en mètres par seconde. Et c'est sa valeur au carré qui est prise en compte.

3. Les distances de freinage

Lorsque la vitesse double, la distance de freinage est multipliée par 4. Lorsque la vitesse triple, elle est multipliée par 9 !

Par exemple, sur route sèche, il me faut environ :
- 25 mètres pour m'arrêter à 50 km/h,
- 50 mètres à 70 km/h (le double),
- 100 mètres à 100 km/h (X4, alors que la vitesse est X2).

Les distances d'arrêt ne s'allongent pas proportionnellement à la vitesse, mais proportionnellement au carré de la vitesse.

C'est pourquoi il est important de ralentir lorsqu'un danger est prévisible. Passer de 90 km/h à 80 km/h permet de réduire la distance d'arrêt de 15 mètres sur route sèche ! 15 mètres, c'est 3 à 4 fois la longueur de la voiture...

4. La violence d'un choc

Dans une voiture de tourisme, à 50 km/h, un choc est rarement grave pour les occupants, qui s'en sortent indemnes (s'ils sont bien installés et ceinturés).

Mais à 70 km/h, La capacité de la voiture à garantir la survie des occupants est dépassée. Le choc est 2 fois plus violent (alors que la vitesse n'a augmenté que de 50%), et les occupants risquent d'être gravement blessés, voire tués.

Là encore, c'est parce que la violence du choc augmente avec le carré de la vitesse.

5. Les effets en virage

Les forces qui s'exercent en virage et qui peuvent faire sortir la voiture de la route (ou la renverser), qu'on appelle parfois "force centrifuge", s'exercent là encore selon le carré de la vitesse. Ainsi, si je prends un virage à 70 km/h au lieu de 50, les effets de la vitesse sur la voiture sont 2 fois plus élevés. 4 fois plus élevés à 100 km/h au lieu de 50...

C'est pourquoi il est impératif de respecter les limitations de vitesse à l'entrée des virages (parfois mis en place aussi en raison de la mauvaise visibilité), et de ralentir suffisamment avant d'entrer dans un virage lorsque aucune limitation de vitesse n'est mise en place.

6. Les effets de la vitesse sur le conducteur

N'oublions pas non plus que la vitesse a aussi des effets sur le conducteur : il se fatigue plus vite (il a plus d'informations à traiter, et moins de temps pour réagir), contrairement à ce que l'on peut entendre (certains prétendent que rouler vite maintient éveillé...).

Circuler moins vite permet d'être moins stressé et d'être plus en forme une fois arrivé à destination (rendez-vous professionnel, vacances, chez des amis...).

7. La vision périphérique

Autre effet de la vitesse sur le conducteur : la vision périphérique (sur les côtés) devient floue. Ainsi, le champ de vision efficace du conducteur, qui est proche de 100° à 40 km/h, n'est plus que de 75° à 70 km/h ; 45° à 100 km/h ; et seulement 30° à 130 km/h (le conducteur ne voit plus que ce qui se passe droit devant lui).

8. Les effets de la vitesse sur le véhicule

La vitesse met à rude épreuve certains organes de la voiture, ce qui accélère leur usure :
- le moteur (qui tourne plus vite),
- les pneus (qui s'échauffent et s'abrasent),
- les freins (davantage sollicités, sur des périodes plus longues),
- les suspensions (qui doivent encaisser des déformations et des chocs plus violents)...

9. Les effets sur l'environnement

Plus une voiture va vite, plus elle consomme de carburant. Or, il y a un lien entre consommation de carburant et pollution (gaz carbonique...). Si une voiture consomme 10% de carburant en plus, elle rejette 10% de polluants en plus.

10. Circuler moins vite, est-ce une perte de temps ?

Circuler à 80 km/h au lieu de 90 km/h sur une route à double sens ne change pas fondamentalement la durée du parcours. Au maximum, je "perdrai" 2 minutes sur un parcours de 25 km (parcours moyen en France).

Dans la réalité, je perdrai souvent moins parce que les routes à double sens :
- traversent souvent des agglomérations (vitesse maxi : 50 km/h ; vitesse moyenne réelle : 30 km/h),
- sont ponctuées d'intersections où il faut ralentir voire céder le passage (carrefour à sens giratoire, feux, STOP...),
- sont soumises aux aléas de la circulation (travaux, véhicules lents voire très lents alors qu'il n'est pas possible de les dépasser immédiatement...).

Sur autoroute, circuler à 110 km/h ne fait "perdre" que 4 minutes maximum sur un parcours de 100 km.